Élections fédérales: libéraux et conservateurs au coude-à-coude

Selon cette étude d’Abacus Data réalisée auprès de 3000 Canadiens, le Parti libéral bénéficie actuellement de 32 % des intentions de vote, soit un point de pourcentage de moins qu’en juin.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Selon cette étude d’Abacus Data réalisée auprès de 3000 Canadiens, le Parti libéral bénéficie actuellement de 32 % des intentions de vote, soit un point de pourcentage de moins qu’en juin.

Le Parti libéral du premier ministre canadien Justin Trudeau est au coude-à-coude avec l’opposition conservatrice dans les intentions de vote, à un peu plus de 100 jours des élections législatives, indique un sondage publié samedi.

Selon cette étude d’Abacus Data réalisée auprès de 3000 Canadiens, le Parti libéral bénéficie actuellement de 32 % des intentions de vote, soit un point de pourcentage de moins qu’en juin.

Les conservateurs d’Andrew Scheer ont de leur côté repris un point, à 33 % des intentions de vote.

L’opposition de gauche (NPD) est créditée de 16 % d’intentions de vote, et le Parti vert canadien de 11 %, soit le double d’il y a six mois.

À la question de savoir qui ferait le meilleur premier ministre à l’issue du scrutin du 21 octobre, 35 % des sondés ont répondu Justin Trudeau et 31 % Andrew Scheer.

« À un peu plus de trois mois des élections, l’environnement politique continue d’être hautement compétitif et fluide. […] Bien qu’elle s’améliore légèrement, l’image du premier ministre reste négative mais ses opposants génèrent peu d’affection », mis à part Elizabeth May, la cheffe des Verts, a déclaré dans un communiqué David Coletto, p.-d.g. de l’institut de sondage.

La cote de popularité de Justin Trudeau a lourdement pâti d’une grave crise politique qui a déchiré son gouvernement au début de l’année, sur fond d’accusations d’ingérence dans une procédure judiciaire.

« Pour les conservateurs, la route vers la victoire semble toujours dégagée, mais leurs appuis n’ont que légèrement augmenté malgré la vulnérabilité des libéraux », a observé M. Coletto.