Oui, Trans Mountain augmentera les GES, admettent des libéraux

Le député libéral Joël Lightbound
Photo: Adrian Wyld Archives La Presse canadienne Le député libéral Joël Lightbound
Deux députés libéraux reconnaissent que l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain, que vient d’approuver leur gouvernement, augmentera les émissions de gaz à effet de serre du pays.

Le Québécois Joël Lightbound et l’Ontarien Nathaniel Erskine-Smith ont concédé mercredi ce que le gouvernement niait la veille.

L’Agence canadienne de l’évaluation environnementale avait stipulé en 2016 que l’agrandissement de l’oléoduc pour en tripler la capacité amènerait 13 à 15 millions de tonnes de GES de plus par année. Or, mardi, des fonctionnaires fédéraux niaient une augmentation des GES lors d’une séance d’information sur le projet.

« Cela permettra d’augmenter la capacité de production, il n’y a pas de doute », a admis M. Erskine-Smith. Mais il a martelé préférer regarder l’ensemble de l’action climatique du gouvernement, plutôt qu’un seul projet en particulier.

À cet égard, il se réjouit, comme M. Lightbound, que les revenus fiscaux et les profits du projet lorsqu’Ottawa le revendra au privé, seront versés à la transition vers les énergies vertes. « Je pense que les gens sont conscients qu’on en utilise du pétrole aujourd’hui, que la demande existe. Mais en même temps qu’il faut financer et aller le plus rapidement possible à la transition. Et c’est l’ambition de notre gouvernement depuis le début », a fait valoir le Québécois.

Par ailleurs, le libéral de Colombie-Britannique Terry Beech a réitéré par communiqué mardi soir son opposition à l’agrandissement de l’oléoduc. « Je maintiens mon vote contre le projet à la Chambre des communes », a-t-il déclaré. Sa collègue Joyce Murray, qui s’était avouée déçue à la suite de la première approbation du projet en 2016, mais qui est devenue ministre depuis, demeurait résignée, mercredi. « Il y a beaucoup de personnes pour qui l’action pour le climat est une priorité première. J’en fais partie. Mon boulot sera d’aider les gens à comprendre toutes les choses que notre gouvernement a faites pour s’y attaquer et le fait que si un autre gouvernement est élu lors de l’élection il n’y aura pas le même engagement à s’occuper du climat », a-t-elle plaidé.