Le plan vert conservateur silencieux sur l'efficacité de ses mesures

Le chef conservateur Andrew Scheer
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le chef conservateur Andrew Scheer

Andrew Scheer a finalement dévoilé son très attendu plan de lutte contre les changements climatiques, un plan riche en intentions, mais silencieux sur ses résultats escomptés. Car si le chef conservateur s’engage à réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre du Canada d’ici 2030 par rapport à leur niveau de 2005, il ne sait pas si les mesures qu’il propose permettront d’y arriver.

Le plan, intitulé « Un vrai plan », affirme seulement que « les cibles de l’Accord de Paris sont des cibles conservatrices. Notre plan va donner au Canada la meilleure chance de les atteindre ». Nulle part n’indique-t-on combien de GES ce plan conservateur retranchera du bilan canadien.

Andrew Scheer a néanmoins soutenu que les réductions seraient au rendez-vous. Et il s’est défendu de ne pas chiffrer son plan en renvoyant la balle à ses adversaires. « Il n’y avait aucun modèle, aucun chiffre concret dans le plan de Justin Trudeau en 2015, qui tenait sur deux pages dans sa plateforme. Et il n’y a aucun modèle dans le plan du NPD ou du Parti vert », a-t-il dit en conférence de presse.

Le plan conservateur s’articule autour de trois pôles : le développement de technologies vertes au Canada, la protection de « l’environnement naturel » et l’action à l’étranger. Car le plan conservateur affirme d’emblée que « le Canada contribue peu au problème mondial » puisqu’il n’est responsable que de 1,6 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) totales de la planète. Il passe toutefois sous silence le fait que cette contribution est disproportionnée étant donné que les Canadiens ne représentent que 0,5 % de la population mondiale.

Les conservateurs croient fondamentalement que vous ne pouvez pas atteindre un environnement plus propre à coups de taxes. La réponse se trouve plutôt dans la technologie.

 

Pour favoriser le développement de technologies vertes, Andrew Scheer entend obliger les grands émetteurs industriels à investir. Toutes les grandes entreprises (celles qui émettent 40 kilotonnes (kt) de GES ou plus par année) se verront assujetties à un plafond d’émissions — à déterminer — qui variera d’un secteur industriel à l’autre. Pour chaque tonne de GES excédentaire, l’entreprise devra investir un montant fixe, soit dans sa propre boîte, soit dans une autre entreprise.

Ce système est très similaire à celui mis en place par les libéraux et pourtant décrié par les conservateurs. Seules différences : le plan libéral cible moins d’entreprises, car il définit un grand émetteur comme émettant 50 kt ou plus par année. Et les pénalités sont versées à Ottawa (ou à d’autres entreprises ayant réduit leurs émissions en deçà de la limite), qui finance ensuite des initiatives vertes.

Andrew Scheer nie la ressemblance. Son plan serait « beaucoup plus strict » — puisque s’appliquant à plus d’entreprises — et ne servirait pas de « nouvelle source de revenus pour le gouvernement ».

Le NPD et le Bloc québécois ont tous deux ridiculisé cette partie du plan conservateur à cause de la possibilité qui serait donnée aux pollueurs d’investir dans leur propre entreprise en guise de « pénalité ». « Si j’ai une grande entreprise et je sais que je vais polluer, je vais diminuer mes investissements en recherche et développement l’année avant que la mesure arrive, et quand je serai obligé de payer ma pénalité, je vais réinvestir dans mon propre département de recherche et développement, a illustré le néodémocrate Alexandre Boulerice. Je ne suis pas sûr qu’on va arriver à de très grands résultats. » Que le système s’applique à plus de joueurs ne change donc rien, pense-t-il.

À cela, M. Scheer répond qu’il importe peu de s’assurer que les entreprises investissent à l’externe plutôt que dans leur propre développement de technologies vertes. « Si cela mène à une réduction des émissions de GES, c’est le but de tout cet exercice. »

Les libéraux ont pour leur part rappelé que dans leur plan, les entreprises émettant moins de 50 kt ont le choix entre être soumises à la taxe sur le carbone ou se joindre au système des grands émetteurs. Elles ne sont donc pas épargnées.

Rénovations

Les conservateurs promettent aussi de remettre en place un crédit d’impôt pour les rénovations domiciliaires vertes, mais seulement pour deux années, au coût de 900 millions par année. Les conservateurs proposent aussi de créer un crédit pour les brevets verts qui ferait passer de 15 % à 5 % le taux d’imposition des revenus d’une entreprise « provenant de technologies vertes développées et brevetées au Canada ». Le plan n’explique pas comment cette détermination des revenus admissibles se fera. Le plan propose aussi de créer un fonds de capital de risque de 1,25 milliard de dollars financé à 80 % par le privé pour favoriser l’émergence de technologies vertes.

Les conservateurs élimineraient en outre la taxe carbone fédérale, imposée à cinq provinces. « Les conservateurs croient fondamentalement que vous ne pouvez pas atteindre un environnement plus propre à coups de taxes. La réponse se trouve plutôt dans la technologie », a fait valoir M. Scheer. La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, a répliqué qu’il s’agit de pensée magique. « Il dit qu’on peut sauver la planète sans rien changer. »

Sur le plastique, le plan conservateur ne propose pas d’interdire le plastique à usage unique (M. Scheer s’y oppose), mais ressemble sinon beaucoup au plan libéral en promettant de travailler avec les provinces et les fabricants pour minimiser l’emballage des produits et développer des normes harmonisées pancanadiennes.

Enfin, sur le plan international, les conservateurs partent de la prémisse que certains gestes posés à l’étranger ou l’exportation de produits canadiens auraient parfois plus d’effet. Ils proposent donc d’offrir une déduction pour amortissement accéléré aux entreprises qui réduisent les émissions de GES dans d’autres pays. La mesure durera trois ans et coûtera au total 1,5 milliard. Les conservateurs lanceraient aussi une « image de marque écocanadienne » qui clamerait que les produits faits ici sont plus écologiques.

Comme le NPD, le Bloc québécois a raillé le plan conservateur. « Les attentes étaient très, très basses, mais ils ont réussi à passer en dessous. C’est un peu comme la danse du limbo », a illustré Monique Pauzé.

5 commentaires
  • Gilles Bonin - Inscrit 20 juin 2019 03 h 24

    Plan vert

    ou plante verte... Bon, de toute façon on ne s'attendait pas trop, trop à grand chose des conservateurs. Quant aux libéraux «leur juste équilibre» - incidemment dans notre cher Devoir l'article ne porte pas d'espace à commentaires!!!???, j'écrivais donc «leur juste équilibre» risque d'être un grand écart qui fera mal à «la laine».

  • François Caron - Abonné 20 juin 2019 08 h 07

    Un grand pas... dans le vide

    Obnubilé par la taxe sur le carbone, la mesure honnie par les conservateurs mais reconnues par les experts comme la plus efficace, le plan des conservateurs se situe au niveau des nuages. On veut vendre du rêve au lieu de prendre des mesures qui ont fait leurs preuves.

    Pouvait-on espérer mieux des conservateurs?

  • Pierre Vagneux - Abonné 20 juin 2019 09 h 50

    Conservatisme dans les actions pour sauver la race humaine

    de l'angélisme pur....on pelte en avant les solutions et on balaie facilement les grands pollueurs: les secteurs pétroliers bitumineux et les transports ..Les entreprises dépassant des rejets de 40 kilotonnes de GES = 40 000 tonnes devront prendre des mesures pour atténuer ....leur impact. L'auto discipline ....une utopie conservatrice.

    Un site bitumineux produisant 200 000 barils par jour envoie 90 kg de GES par baril . Faisons le calcul 200 000 * 365 *0,09=6 570 000 tonnes presque 4 fois notre bonne cimenterie

    Paris est toujours sur le radar. C'est l'objectif visé Il va falloir utiliser le super radar des exoplanêtes pour garder l'objectif à vue.

  • Denis Carrier - Abonné 21 juin 2019 08 h 57

    Les derniers pas boiteux des promoteurs des combustibles fossiles

    Essayer de peinturer le pétrole en vert ne changera rien à sa nature pas plus qu’à celle des Conservateurs. L’ère des combustibles fossiles a sonnée et l’Alberta aurait avantage à retourner à l’élevage du bœuf, le méthane que ces bovidés émettent étant déjà à la limite de l’acceptable. Et à ce que je sache, cette contribution aux GES n’est pas comptabilisée.

  • Denis Carrier - Abonné 21 juin 2019 09 h 07

    Les derniers pas boiteux des promoteurs des combustibles fossiles

    Essayer de peinturer le pétrole en vert ne changera rien à sa nature pas plus qu’à celle des Conservateurs. L’ère des combustibles fossiles a sonnée et l’Alberta aurait avantage à retourner à l’élevage du bœuf, le méthane que ces bovidés émettent étant déjà à la limite de l’acceptable. Et à ce que je sache, cette contribution aux GES n’est pas comptabilisée.