Ottawa donne le feu vert au projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain

Des militants écologistes ont protesté, mardi, à Vancouver, contre la décision du gouvernement Trudeau d’aller de l’avant avec l’expansion du pipeline Trans Mountain.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne Des militants écologistes ont protesté, mardi, à Vancouver, contre la décision du gouvernement Trudeau d’aller de l’avant avec l’expansion du pipeline Trans Mountain.

Le gouvernement de Justin Trudeau a donné mardi soir ce qu’il espère être l’ultime feu vert nécessaire à l’agrandissement de l’oléoduc Trans Mountain. Pour faire mieux passer la pilule auprès des électeurs inquiets de la crise climatique, Ottawa promet de consacrer les revenus supplémentaires qu’il en tirera aux énergies vertes. Mais déjà des communautés autochtones promettent de lui mettre des bâtons dans les roues.

Ainsi, lorsqu’Ottawa revendra le pipeline qu’il a acheté l’an dernier pour 4,5 milliards de dollars, tous les profits réalisés seront investis dans la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. De plus, le ministère des Finances estime que, lorsque l’agrandissement du pipeline sera réalisé et que le Canada tirera un meilleur prix de son pétrole, Ottawa touchera 500 millions de dollars en revenus fiscaux additionnels. Le gouvernement promet que tout cet argent sera aussi consacré à la transition. Cette manne ne surviendra cependant qu’une fois les travaux terminés, c’est-à-dire au minimum en 2022 puisqu’on anticipe que les travaux dureront trois ans et qu’ils débuteront cet été.

À lire

Faire avaler la pilule, un éditorial de Manon Cornellier

Le gouvernement répond aussi aux préoccupations des communautés autochtones en promettant de continuer de les consulter quant aux possibilités pour elles de tirer profit du projet d’agrandissement, voire de s’en porter acquéreuses. La participation autochtone au projet n’aura pas de limites et pourra atteindre 100 %.

Trois groupes ont manifesté publiquement leur intérêt jusqu’à présent. Project Reconciliation, qui regroupe des communautés de l’ouest du pays, vise à acquérir 51 % des parts de Trans Mountain. Le Western Indigenous Pipeline Group vise quelque chose de similaire, mais regroupe seulement des communautés de la Colombie-Britannique. La Iron Coalition, pour sa part, est composée de communautés de l’Alberta.

Conscient que sa décision ne fera pas l’unanimité, Justin Trudeau a tenu à s’adresser aux Canadiens qui seront déçus. « Je sais que cette décision a suscité beaucoup de questions de la part des Canadiens. Certains se demandent comment je peux affirmer être un leader dans la lutte contre les changements climatiques et en même temps construire un oléoduc », a lancé le premier ministre en conférence de presse, tenue en présence de cinq de ses ministres. « Le but du projet, ce n’est pas d’augmenter notre production de pétrole. C’est d’élargir nos options », a-t-il argué, rappelant que le Canada perd d’importants revenus en n’ayant que les États-Unis comme client.

M. Trudeau a laissé entendre que la production pétrolière canadienne aurait augmenté, pipeline ou pas. La différence, a-t-il fait valoir en évoquant la tragédie de Lac-Mégantic, c’est la manière dont il sera transporté. « Les Québécois sont aussi ahuris que les autres Canadiens de voir l’augmentation faramineuse [du transport] de pétrole par rail qui se passe à travers le pays. […] La réalité, c’est qu’un oléoduc est la façon la plus sécuritaire de transporter nos ressources énergétiques. »

 

Craint-il que les environnementalistes lui fassent payer sa décision à l’élection cet automne ? Trudeau a répondu qu’il ferait valoir à ces électeurs déçus que les revenus pétroliers sont nécessaires pour financer la transition énergétique. « Si on veut faire le pont entre où nous en sommes et où nous voulons aller, nous avons besoin d’argent. »

L’opposition persiste

Le premier ministre albertain, Jason Kenney, s’est réjoui de l’annonce fédérale mais a refusé de crier victoire pour l’instant. « L’annonce d’aujourd’hui, ce n’est pas la construction et ce n’est pas l’achèvement [du projet]. Notre message est clair : assurons-nous que ce pipeline soit construit. » M. Kenney a dit souhaiter que l’opposition citoyenne cesse désormais. Un souhait qu’il a exprimé à Justin Trudeau, au téléphone en début de journée, en lui demandant de s’assurer que la loi fédérale soit respectée.

Or, au même moment à Vancouver, son homologue de la Colombie-Britannique, John Horgan, a promis de poursuivre sa cavale contre le projet, qui menace d’avoir des effets dévastateurs sur la vie marine au large de sa province.

La Colombie-Britannique poursuivra son appel en Cour suprême, visant à faire préciser si la province a le pouvoir de réglementer le transport de pétrole sur son territoire. Si des communautés autochtones s’adressent elles aussi aux tribunaux, « nous allons certainement étudier la question attentivement. Et si c’est dans l’intérêt des Britanno-Colombiens, nous irons de l’avant [pour nous joindre à la poursuite] », a lancé M. Horgan.

Des communautés autochtones ont justement prévenu qu’elles n’accepteront pas que l’agrandissement de l’oléoduc se fasse sur leurs terres. La nation squamish a réitéré qu’elle n’avait pas donné son « consentement préalable, libre et éclairé » et qu’elle y demeurait opposée. La communauté « explore les prochaines étapes, y compris une possible contestation judiciaire », a-t-elle indiqué par voie de communiqué. Idem du côté de la nation tsleil-waututh, qui étudie la possibilité de s’adresser à la Cour d’appel fédérale. Les deux estiment ne pas avoir été adéquatement consultées.

À quand les pelles ?

Justin Trudeau a soutenu que la première pelletée de terre aura lieu cet été. « Nous avons reçu l’assurance de la compagnie que son plan est de commencer la construction cet été. »

Le chef conservateur, Andrew Scheer, n’en croit pas un mot. « Si Justin Trudeau est réélu en octobre, je suis sûr que ce sera la fin du projet Trans Mountain. Il va trouver une excuse pour annuler, bloquer ce projet », a-t-il fait valoir.

Le Nouveau Parti démocratique a dénoncé quant à lui un « affront » aux citoyens qui ont des préoccupations environnementales. Jagmeet Singh a tourné en ridicule la promesse de M. Trudeau de réinvestir les éventuels profits — qui ne sont pas garantis — dans les énergies propres. « L’idée d’avoir un potentiel investissement au lieu d’investir directement dans l’énergie renouvelable et d’y créer des emplois dès maintenant, ça n’a pas de sens. »

La bloquiste Monique Pauzé a tenu le même discours, parlant de « peanuts ». « Même s’il peinturait son pipeline en vert avec ses 500 millions de dollars, ça reste un pipeline. »

La chef du Parti vert, Elizabeth May, était visiblement ébranlée par la décision fédérale et a accusé le gouvernement d’avoir « trahi » les Canadiens. Elle a accusé M. Trudeau de tenter de berner les citoyens en leur faisant miroiter des investissements pour l’énergie verte après avoir dépensé des milliards de dollars des coffres publics pour acheter l’oléoduc.

Le projet d’agrandissement du pipeline, évalué à au moins 7,4 milliards de dollars, consiste en la construction d’un second conduit qui se trouvera, sur 73 % de son tracé, sur l’emprise de celui existant depuis 1953. Il fera tripler le débit de pétrole et multiplier par sept le nombre de pétroliers au large de Vancouver, passant de 5 à 34 bateaux par mois.

L’évolution du pipeline Trans Mountain

1953 – L’oléoduc Trans Mountain commence à transporter du pétrole d’Edmonton vers Burnaby, en Colombie-Britannique – l’équivalent de 150 000 barils jour.

Février 2012 – L’entreprise Kinder Morgan indique qu’elle souhaite agrandir son oléoduc.

Décembre 2013 – Kinder Morgan dépose une demande en ce sens à l’Office national de l’Énergie. Il est prévu que la construction commence début 2017.

Janvier 2016 – Le gouvernement Trudeau annonce que l’évaluation environnementale de l’agrandissement de Trans Mountain se fera sous de nouvelles règles, pour tenir compte des émissions de GES et consulter davantage les Premières nations.

Mai 2016 – L’Office national de l’énergie approuve le projet Trans Mountain, en y imposant 157 conditions.

Novembre 2016 – Le gouvernement Trudeau approuve l’agrandissement de Trans Mountain et le remplacement de la ligne 3 d’Enbridge vers le Wisconsin, mais rejette le projet Northern Gateway qui aurait transporté du pétrole d’Edmonton jusqu’au nord de la Colombie-Britannique.

Avril 2018 – Kinder Morgan suspend toutes les activités et dépenses non-essentielles pour le projet TMX et fixe le 31 mai comme date butoir pour s’entendre avec ses actionnaires sur l’avenir du projet.

29 mai 2018 – Le gouvernement Trudeau annonce qu’il achète l’oléoduc Trans Mountain au prix de 4,5 milliards $. Les coûts de construction de l’agrandissement sont alors évalués à 7,4 milliards. Le directeur parlementaire du budget parlera ensuite de 9,3 milliards.

Août 2018 – La Cour d’appel fédérale rejette le décret d’Ottawa approuvant l’agrandissement de TMX et somme le gouvernement de faire des études d’impacts sur la population d’épaulards du Pacifique et de mener de meilleures consultations avec les peuples autochtones.

18 juin 2019 – Le gouvernement Trudeau approuve de nouveau la construction d’un agrandissement de l’oléoduc Trans Mountain, qui permettra d’en tripler la capacité de transport pétrolier –de 300 000 à 890 000 barils par jour.