Steven Guilbeault «pense» à se présenter pour les libéraux fédéraux

L'écologiste Steven Guilbeault avait présenté le premier ministre Trudeau lors de l’annonce libérale sur l’élimination prévue du plastique à usage unique, lundi dernier.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir L'écologiste Steven Guilbeault avait présenté le premier ministre Trudeau lors de l’annonce libérale sur l’élimination prévue du plastique à usage unique, lundi dernier.

L’écologiste Steven Guilbeault admet qu’il songe à se présenter pour les libéraux de Justin Trudeau aux prochaines élections fédérales. En entrevue mercredi, il s’est d’ailleurs porté à la défense du bilan du gouvernement dans le domaine environnemental, même s’il désapprouve le projet de pipeline Trans Mountain.

« J’y pense », a-t-il laissé tomber, au sujet d’une possible candidature libérale fédérale aux élections d’octobre, en entrevue mercredi matin sur les ondes de QUB radio. M. Guilbeault, ancien militant de Greenpeace et cofondateur d’Équiterre, a promis une réponse définitive d’ici « quelques semaines », soit quelque part entre la fin du mois de juin et le début du mois de juillet.

« [Une candidature politique] m’intéresse si je sens que le parti où je vais est prêt à prendre des engagements importants en matière d’environnement, particulièrement en matière de lutte contre les changements climatiques. Donc, j’attends un peu de voir la plateforme », a-t-il ajouté.

Steven Guilbeault s’est d’ailleurs porté à la défense du bilan environnemental du gouvernement de Justin Trudeau. « Je ne suis pas d’accord avec le pipeline [Trans Mountain], je l’ai dit souvent. Mais si on parle de chiffres, c’est le gouvernement fédéral qui a investi le plus dans la lutte contre les changements climatiques, qui en a fait le plus. »

Il a ainsi rappelé les investissements, évalués à 30 milliards de dollars, qui ont été consentis pour des projets de « transport en commun », dont des projets majeurs au Québec, mais aussi l’élimination annoncée de la production d’électricité à partir du charbon. Le fédéral a aussi engagé des fonds pour l’électrification

Le fédéral continue néanmoins de subventionner l’industrie pétrolière, a alors souligné l’animateur Benoît Dutrizac. « Oui, mais moins qu’il ne le faisait avant », a-t-il répondu, avant d’ajouter qu’il souhaite la fin de telles subventions aux énergies fossiles.

Steven Guilbeault, qui a présenté le premier ministre lors de l’annonce libérale sur l’élimination prévue du plastique à usage unique lundi, a par ailleurs donné son appui au gouvernement, qui se donne deux ans pour déterminer quels produits de plastique sont « néfastes » et devraient être bannis.

« Si on demande à un écolo s’il veut que ça aille plus vite, il va toujours répondre oui. Cela étant dit, pourquoi prendre jusqu’en 2021 ? Si on voulait faire cela dans les six mois, ça voudrait dire quoi pour les cafétérias ? […] Ce n’est pas une mauvaise idée de faire des consultations pour se demander, par exemple, jusqu’où on va », a-t-il fait valoir, en soulignant qu’il peut y avoir des enjeux économiques, notamment pour les entreprises ou les emplois.