La lanceuse d’alerte Annie Trudel se présentera pour les conservateurs

La lanceuse d’alerte Annie Trudel, ex-analyste au ministère des Transports du Québec, s’est fait connaître pour ses témoignages à la commission Charbonneau.
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne La lanceuse d’alerte Annie Trudel, ex-analyste au ministère des Transports du Québec, s’est fait connaître pour ses témoignages à la commission Charbonneau.

La lanceuse d’alerte Annie Trudel, qui s’est fait connaître pour ses témoignages à la commission Charbonneau, se présentera dans la circonscription de Terrebonne pour le Parti conservateur du Canada. Elle souhaite en faire plus pour protéger les dénonciateurs et pour revoir la nomination des hauts dirigeants.

En entrevue avec La Presse canadienne, Mme Trudel dit qu’elle se reconnaît dans l’histoire du vice-amiral Mark Norman, qui a été accusé d’avoir coulé des informations au chantier naval Davie, puis blanchi. Elle se dit choquée de voir que le gouvernement Trudeau a tenté de passer à autre chose en lui payant ses frais d’avocats.

La recrue conservatrice en a aussi contre les libéraux dans le dossier de SNC-Lavalin, qui va plus loin qu’une gestion déficiente des communications, à son avis. L’ingérence politique, « ça ne passe plus en 2019 », dit-elle.

Mme Trudel, une ex-analyste au ministère des Transports du Québec, dit vouloir se présenter dans la circonscription de Terrebonne, malgré son historique de corruption. Elle soutient qu’il s’agit du « dénominateur commun » entre son passé de lanceuse d’alerte et la municipalité qui porte le même nom.

Le lieutenant des conservateurs au Québec, Alain Rayes, s’est réjoui de cette nouvelle candidature. Il soutient que cette nouvelle prise démontre que l’équipe d’Andrew Scheer souhaite « faire le ménage à Ottawa ».

Lors de la prochaine campagne électorale, Mme Trudel affrontera le député sortant, le bloquiste Michel Boudrias, élu en 2015.