Yves Lévesque se joint au Parti conservateur du Canada

Le chef conservateur Andrew Scheer était à Trois-Rivières jeudi pour accueillir Yves Lévesque dans ses rangs.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le chef conservateur Andrew Scheer était à Trois-Rivières jeudi pour accueillir Yves Lévesque dans ses rangs.

L’ancien maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, a officiellement rejoint le Parti conservateur. Pourtant, ces dernières années, il avait voté contre le projet Énergie Est et refusé de se joindre au même parti en raison de la crise de la pyrrhotite.

Le chef conservateur Andrew Scheer était à Trois-Rivières jeudi pour accueillir Yves Lévesque dans ses rangs. « Depuis 1999, j’ai toujours dit que je voulais faire un saut au fédéral, mais je voulais d’abord accomplir mes engagements, a relaté M. Lévesque au Devoir. Aujourd’hui, tous mes engagements comme maire de Trois-Rivières ont été réalisés. La ville est en meilleure posture. Alors le timing est bon. »

Photo: Majk CC Yves Lévesque

Or, il y a deux ans, le conseil municipal qu’il présidait s’est opposé au projet d’oléoduc Énergie-Est, en citant la position semblable de l’Union des municipalités du Québec. Andrew Scheer promet de relancer un tel projet, s’il est élu. « Je n’ai jamais été contre le pétrole. Au contraire, il ne faut pas jouer à l’autruche, on en a besoin », rétorque aujourd’hui M. Lévesque. Sa ville réclamait à l’époque à TransCanada des ajustements, pour protéger la rivière Saint-Maurice et les nappes phréatiques. C’est simplement en raison du « manque d’écoute » de l’entreprise que Trois-Rivières a adopté une résolution contre le projet, insiste l’ancien maire. « Le chef a dit que ça va se faire en collaboration avec les Premières Nations, les provinces et les municipalités. C’est de la musique à mes oreilles », fait valoir M. Lévesque au sujet de la promesse d’Andrew Scheer.

La pyrrhotite

Mais il y a quatre ans, il avait en outre carrément refusé de se porter candidat pour le Parti conservateur, en déplorant qu’il ne s’engage pas clairement à dédommager les victimes de la pyrrhotite. « C’est réglé, depuis », affirmait-il jeudi. Le gouvernement fédéral libéral est venu en aide aux victimes.

Je n’ai jamais été contre le pétrole. Au contraire, il ne faut pas jouer à l’autruche, on en a besoin

 

Autre dossier qui pourrait s’avérer délicat pour Yves Lévesque : la promesse de M. Scheer d’instaurer une déclaration de revenus unique au Québec. Le gouvernement libéral refuse, arguant qu’il y aurait des pertes d’emplois. Or, ces emplois se trouvent notamment au bureau de Shawinigan de l’Agence du revenu du Canada, dans la circonscription voisine de Trois-Rivières. M. Lévesque refuse de commenter pour l’instant, consentant que le syndicat lui déplore la perspective de pertes d’emplois tandis que d’autres le nient. Mais il argue que M. Scheer défend ainsi un consensus de l’Assemblée nationale et témoigne de son respect du Québec.