Divisions au Parti vert quant aux sables bitumineux

Le chef du Parti vert québécois Alex Tyrrell
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Le chef du Parti vert québécois Alex Tyrrell

Le nouveau plan d’action climatique du Parti vert d’Elizabeth May a créé de la division dans ses rangs. Le chef du Parti vert québécois rejette son projet de rendre le Canada autosuffisant en s’alimentant aux sables bitumineux de l’Ouest.

« Cette politique-là nuit à l’avancement du Parti vert à un moment critique où les gens se tournent de plus en plus vers le mouvement écologiste pour trouver des solutions. Et proposer de continuer à exploiter les sables bitumineux, ça n’a pas de sens», déplore le chef du Parti vert du Québec, Alex Tyrrell, en entrevue au Devoir.

Les verts ont le vent dans les voiles depuis quelques mois. Leur popularité est grandissante dans les sondages — au point où ils chauffent le Nouveau Parti démocratique — et un second député vert vient d’être élu à la Chambre des communes lors de l’élection partielle dans Nanaimo-Ladysmith début mai. Alex Tyrrell s’explique mal que son homologue fédérale ait décidé d’annoncer récemment que le Parti vert fédéral appuie la consommation de pétrole issu des sables bitumineux de l’Ouest canadien. « C’est en contradiction avec le mouvement écologiste, qui veut fermer les sables bitumineux le plus rapidement possible », dénonce-t-il.

Il y a deux semaines, Elizabeth May a présenté le plan d’action climatique de sa formation intitulé « Mission possible ». Le plan est constitué de 20 étapes. La treizième demande que le Canada « cesse les importations de pétrole » et consomme plutôt le pétrole produit au Canada — du pétrole provenant pour l’essentiel des sables bitumineux. En 2018, 32 % du pétrole consommé au Canada provenait de l’étranger, dont les deux tiers des États-Unis.

Afin de rendre le Canada autosuffisant, le Parti vert propose d’investir dans des usines de traitement pour transformer sur place le bitume en essence, en diésel, en propane et en d'autres combustibles. Ce sont ces produits raffinés qui seraient ensuite distribués partout au pays. Le bitume canadien, parce qu’il est solide, doit être dilué afin de pouvoir être transporté par pipeline. Or le diluant ajouté rend le mélange très polluant en cas de déversement. La logique du Parti vert est que les produits raffinés poseraient moins de risques pour l’environnement lors de leur transport.

Alex Tyrrell rétorque que l’extraction de pétrole des sables bitumineux canadien émet davantage de gaz à effet de serre que l’importation de pétrole étranger, même en tenant compte de son transport au Canada. « Si on regarde ça sous un angle environnementaliste et si on l'évalue selon l’émission de gaz à effet de serre, c’est mieux de continuer à importer le pétrole pour le moment. »

Le plan d’action du Parti vert prévoit que le bitume canadien serait utilisé comme combustible jusqu’en 2050, date à laquelle il ne devrait plus servir qu’à l’industrie pétrochimique.

« En 2050, je vais avoir 62 ans. On vient me dire que, pendant toute ma vie et quand je serai vieux, on exploitera encore les sables bitumineux. C’est incompatible avec les changements que j’essaie d’apporter», argue le jeune chef des verts québécois.

Et le malaise d’Alex Tyrrell ne serait pas isolé, selon lui. Cette position du parti fédéral a longtemps été controversée au sein des verts fédéraux, qui rassemblent des écologistes de gauche et de droite, explique-t-il, tandis que le Parti vert québécois réunit principalement des électeurs de gauche.

« Cela va assurer la pérennité de l’exploitation des sables bitumineux pendant encore des décennies. Je ne peux pas, en toute bonne conscience, défendre cette position qui défie le consensus scientifique et le mouvement environnemental au Québec, au Canada et sur la planète », a-t-il en outre fait valoir sur sa page Facebook mercredi. « La position de Mme May est en opposition directe avec notre position au Québec. Nous n’avons pas été consultés sur cette position controversée qui sème la discorde au sein du parti fédéral lui-même. »

M. Tyrrell promet de militer pour la faire annuler, lors du prochain congrès du Parti vert en 2020. D’ici là, il militera néanmoins pour aider le parti fédéral aux élections d’octobre, car il juge qu’il s’agit « quand même de la meilleure option pour les écologistes au Canada ».

En entrevue avec Le Devoir, Elizabeth May réplique que son plan a été mal compris. «C’est notre faute. Nous n’avons pas fourni assez de détails.» Elle se rendra d’ailleurs à Québec dimanche et expliquera davantage son plan climatique. Elle rappelle que l’objectif global du Parti vert est de réduire considérablement l’utilisation d’énergie fossile au Canada dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 60 % par rapport à leur niveau de 2005 d’ici 2030. «Vous ne pouvez pas atteindre ce résultat sans réduire aussi l’exploitation des sables bitumineux.»

Mme May explique que les autres points de son plan visent à réduire l’utilisation des énergies fossiles. Et donc qu’il est possible de fermer le robinet aux importations tout en réduisant aussi le recours aux sables bitumineux. «[L’autosuffisance pétrolière du Canada] n’est qu’un des 20 points. Il faut regarder le plan dans son ensemble», dit-elle.

Elle souligne en outre qu’au Québec, le pétrole importé est un pétrole non conventionnel très polluant provenant de la formation de Bakken, aux États-Unis. Elle ne suggère pas d’alimenter le Québec de pétrole albertain, mais d’y rapporter le pétrole conventionnel exploité à la plateforme Hibernia, pour l’instant exporté à plus de 80 %, dit-elle.