Dwight Ball apparaît contrit et conciliant au lendemain des élections

Le premier ministre Ball a dit avoir entendu de façon « claire et nette » les électeurs, qui souhaitent plus de collaboration entre les partis.
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne Le premier ministre Ball a dit avoir entendu de façon « claire et nette » les électeurs, qui souhaitent plus de collaboration entre les partis.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, est apparu contrit et conciliant, vendredi, après que son parti n’a réussi qu’à obtenir une minorité de sièges aux élections de la veille. Mais tous les signes laissent croire que le gouvernement libéral survivra malgré tout.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) et les deux députés indépendants n’avaient pas l’intention de renverser les libéraux de Dwight Ball, qui ont conservé 20 des 40 sièges de l’assemblée législative — à un seul siège d’une majorité. Les conservateurs de Ches Crosbie ont réussi à arracher 15 sièges, contre trois pour les néodémocrates. Deux députés indépendants ont aussi été élus.

M. Crosbie, qui a laissé entendre jeudi qu’il tenterait de renverser le gouvernement, adoptait un ton différent, vendredi. Et des politiciens qui ne sont pas dans le camp des conservateurs ou des libéraux ont dit à La Presse canadienne qu’ils souhaitaient éviter un autre scrutin.

En entrevue vendredi après-midi, le premier ministre Ball a dit avoir entendu de façon « claire et nette » les électeurs, qui souhaitent plus de collaboration entre les partis. Il n’a pas précisé ce qu’il ferait de différent dans son nouveau mandat, mais il affirme avoir hâte d’affronter le défi de diriger un gouvernement plus collaboratif.

« Le message que j’ai retenu (des citoyens) en tant que dirigeant de parti politique et que premier ministre de la province était : « Monsieur le premier ministre, je veux vous voir travailler de plus près avec les autres partis, avec les autres membres de l’assemblée », a-t-il indiqué. J’ai accepté ce message et je les remercie humblement pour la directive qu’ils m’ont donnée et c’est exactement ce que je vais faire. »

Aucune rencontre ou discussion n’avait eu lieu en date de vendredi après-midi, mais M. Ball dit avoir joint plusieurs nouveaux élus, et précise qu’il est ouvert à négocier.

Le NPD prêt à travailler avec les libéraux

Selon la chef néodémocrate Alison Coffin, si d’autres élections avaient lieu d’ici la fin de l’année, ce serait « destructeur » et cela ralentirait inutilement l’économie. En entrevue, elle a affirmé qu’il faudrait d’abord « accomplir beaucoup de travail ». « Peut-être que les élections arriveront plus tôt, mais pas nécessairement dans un an », a-t-elle indiqué.

Mme Coffin a affirmé qu’elle était ouverte à travailler avec les libéraux sur certains enjeux. « Si un gouvernement minoritaire est vraiment intéressé à un vrai débat et à régler les problèmes qui existent au lieu de mettre des pansements dessus, et qu’il est ouvert à parler, alors je crois qu’on a de réelles chances d’accomplir beaucoup de travail », a-t-elle indiqué.

Le chef conservateur se repentit

Vendredi, le chef conservateur Ches Crosbie a partagé une déclaration sur Twitter pour s’excuser de ne pas avoir félicité M. Ball pour son élection. « Je félicite le premier ministre Ball pour sa pluralité de 20 sièges, ce qui lui permet de convoquer l’assemblée législative et de solliciter un vote de confiance, a-t-il écrit. J’ai hâte de travailler avec lui pour faire avancer les intérêts de Terre-Neuve-et-Labrador. »

Il s’était montré beaucoup plus combatif jeudi soir, lorsqu’il avait refusé de concéder la victoire aux libéraux et prédit que le gouvernement libéral ne survivrait pas une année. Le chef conservateur avait parlé d’une « situation d’instabilité constitutionnelle » et s’était engagé à contacter ses collègues indépendants et néodémocrates dans les prochains jours. « Ils auront de la difficulté dans les prochains mois et années pour s’accrocher au pouvoir », avait-il prévenu.

Les indépendants demeurent indépendants

Les rumeurs allaient également bon train sur les deux députés indépendants Eddie Joyce et Paul Lane, qui sont d’anciens libéraux.

M. Lane a fermement refusé de se joindre à un parti politique, mais il a ouvert la porte à travailler avec les libéraux. De son côté, M. Joyce a dit qu’il était prêt à travailler avec n’importe quel député, mais lui non plus ne veut pas adhérer à un parti.

Les deux députés ont toutefois rejeté la possibilité de renverser le gouvernement comme l’avait suggéré le chef conservateur.