Taxe carbone : Trudeau ne fera pas de chantage avec Trans Mountain

Le premier ministre canadien Justin Trudeau en mêlée de presse à Edmonton.
Photo: Jason Franson La Presse canadienne Le premier ministre canadien Justin Trudeau en mêlée de presse à Edmonton.

L’opposition de l’Alberta à la taxe fédérale sur le carbone n’aura pas d’influence sur la décision du gouvernement d’autoriser ou non l’élargissement de l’oléoduc Trans Mountain, a déclaré le premier ministre Justin Trudeau.

Il a cependant ajouté qu’on ne peut pas ignorer l’enjeu du changement climatique et que l’un des moyens les plus simples de le combattre est l’imposition d’une taxe sur le carbone.

Justin Trudeau affirme que la taxe fédérale sur le carbone demeure abordable pour les Canadiens, notamment par l’ajout d’incitatifs fiscaux pour s’assurer que les familles de la classe moyenne ne soient pas punies.

La taxe fédérale a été instaurée en Ontario, au Nouveau-Brunswick, en Saskatchewan et au Manitoba puisque ces provinces n’ont pas encore mis en place leur propre taxe sur le carbone.

L’Alberta se joindra bientôt à cette liste, puisque le nouveau gouvernement du premier ministre Jason Kenney a promis de supprimer la taxe provinciale sur le carbone, puis de contester la taxe fédérale devant les tribunaux.

Lorsqu’on lui a demandé si Ottawa appliquerait immédiatement la taxe fédérale en Alberta dans l’éventualité où la taxe provinciale est abrogée, Justin Trudeau a répondu qu’il y aurait d’abord des discussions, mais il a insisté sur le fait qu’il ne serait pas gratuit de polluer nulle part au Canada.