Un NPD à deux têtes pour courtiser le Québec

Le député montréalais Pierre Nantel a annoncé qu’il sera candidat néodémocrate au scrutin d’octobre. 
Photo: Circonscription Longueuil-Saint-Hubert Le député montréalais Pierre Nantel a annoncé qu’il sera candidat néodémocrate au scrutin d’octobre. 

Le député montréalais Pierre Nantel a choisi de rester au Nouveau Parti démocratique, car celui-ci pourra désormais opérer à deux branches afin de défendre les intérêts du Québec. À l’avenir, les néodémocrates québécois pourraient carrément adopter des positions différentes de leurs collègues du Canada anglais.

« On vous parle aujourd’hui d’une officialisation de l’idée de prendre à bras-le-corps la défense, de façon systématique, des intérêts du Québec », a annoncé M. Nantel jeudi, en précisant qu’il serait candidat néodémocrate au scrutin d’octobre. Le député de Longueuil-Saint-Hubert était en réflexion quant à son avenir politique depuis plusieurs mois, ayant notamment songé à se joindre au Bloc québécois. C’est finalement au NPD qu’il défendra les intérêts du Québec et les consensus de l’Assemblée nationale — le modus operandi du Bloc.

Car le NPD évoluera maintenant en deux entités : lorsque le caucus québécois le souhaitera, il adoptera sa propre position pour voter sur des enjeux de langue, de culture ou d’environnement. « Le NPD prône un fédéralisme asymétrique. On veut aller encore plus loin », a fait valoir le chef adjoint Alexandre Boulerice. « On va faire les choses différemment, avec la possibilité d’une ligne de parti “Québec” si le besoin se fait sentir. Parce qu’il y a des différences de visions, des distinctions qui existent entre les visions progressistes canadiennes et des visions progressistes québécoises. »

Le bloquiste Rhéal Fortin a aussitôt tourné cette nouvelle stratégie bicéphale en dérision. « J’ai hâte de voir ça à la prochaine campagne électorale, d’entendre le NPD dire une chose en anglais et son contraire en français. Ça risquerait d’être amusant si ce n’était pas aussi pathétique. »

M. Boulerice a toutefois rejeté ces critiques. « Il y a des thèmes sur lesquels on peut avoir des sensibilités et des perceptions différentes. Et on peut être capable de l’assumer dans la sérénité, a-t-il rétorqué. On va s’entendre 95 % du temps. Mais le 5 % des fois où on s’entendra moins, on va être capable de le dire. Et ce ne sera pas la fin du monde. »

Dans l’immédiat, cela dit, le nouveau « porte-parole du NPD sur les enjeux touchant la nation québécoise » ne voit pas de position distincte à prendre pour le caucus québécois. Et ce, bien que Pierre Nantel ait critiqué Jagmeet Singh lors de la course à la chefferie, lorsque ce dernier avait laissé entendre qu’il contesterait l’ancien projet de loi québécois sur la neutralité religieuse de l’État. Cette fois-ci, avec le projet de loi 21 sur la laïcité, le chef Singh a admis son désaccord, mais indiqué qu’il respectait la compétence du Québec de légiférer.

Incompréhension anglophone

Certains députés néodémocrates du Canada anglais semblaient ne pas avoir tout à fait saisi le virage de leur parti jeudi.

Wayne Stetski, de Colombie-Britannique, a nié, s’adressant au Devoir, que le caucus québécois puisse adopter une position distincte comme venaient de l’annoncer ses collègues. « Je n’appellerais pas ça une ligne de partie différente, a-t-il plaidé. Il vous faudra attendre de voir à quel point ce sera différent. Je crois qu’il pourrait y avoir des nuances. Mais nous sommes tous fondamentalement des néodémocrates et nous partageons les mêmes valeurs. »

Linda Duncan, de l’Alberta, a elle aussi contesté qu’il y ait des positions distinctes. « Ce n’est pas d’être différent. Non, [la position] devrait être la même. »

Leurs collègues Niki Ashton et Rachel Blaney ont refusé de commenter.

En 2000, lorsque le NPD avait appuyé la Loi sur la clarté des libéraux aux Communes, tous les représentants québécois aux instances fédérales du parti avaient démissionné pour protester.