Legault espère des milliards d’Ottawa

«Le premier ministre François Legault souhaite que Justin Trudeau passe de la parole aux actes», a affirmé un membre de la garde rapprochée de M. Legault.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne «Le premier ministre François Legault souhaite que Justin Trudeau passe de la parole aux actes», a affirmé un membre de la garde rapprochée de M. Legault.

Le premier ministre François Legault compte trouver des milliards de dollars destinés au Québec dans l’ultime budget Morneau avant les élections fédérales.

Il demande au ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, de confirmer une fois pour toutes la participation d’Ottawa dans des projets d’infrastructures.

Il l’exhorte à mettre de côté 2,6 milliards de dollars du programme « Transport en commun » du plan fédéral d’investissements dans les infrastructures « Investir dans le Canada », et ce, pour seulement deux projets : 1,4 milliard de dollars pour prolonger la ligne bleue du métro de Montréal et 1,2 milliard pour aménager un réseau de transport structurant à Québec.

Le Parti québécois soutient les demandes du gouvernement caquiste. Il s’attend à ce « que toutes les sommes nécessaires et dues au Québec soient au rendez-vous » mardi.

« Le fédéral fait des belles annonces, nous annonce des intentions, mais malheureusement à chaque fois, le chèque n’est pas dans la “malle” », a dénoncé son porte-parole en matière de finances, Martin Ouellet.

« Alors, M. Legault va trouver le Parti québécois à ses côtés pour faire pression. L’argent, on le veut. Les projets sont présents. »

Le député s’attend à ce que le ministre Morneau ait prévu le financement nécessaire pour lancer le projet de tramway à Québec. Il espère également que les régions éloignées ne seront pas oubliées et que le budget fédéral contiendra des sommes pour accélérer le déploiement d’Internet à haute vitesse et à la téléphonie cellulaire.

Six mois après la conclusion du nouvel Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), le gouvernement québécois prie l’équipe de Justin Trudeau de « préciser le niveau et la nature des compensations promises aux producteurs laitiers » pour la brèche dans le système de gestion de l’offre. Les producteurs de lait n’exigent pas moins que « quelques milliards de dollars » pour les dédommager des « concessions de marché » qu’ils ont été forcés de faire.

« Une fois que l’accord a été signé avec les États-Unis et le Mexique et que l’aide a été promise, je pense que la moindre des choses, c’est de la rendre publique et de faire connaître les paramètres », a remarqué l’ex-ministre et porte-parole libéral en matière de finances, Carlos Leitão, qui s’attend à plus de clarté de la part d’Ottawa.

Selon le gouvernement Legault, il est aussi temps de déployer les stratégies visant à maintenir la vitalité de l’industrie laitière élaborée par les groupes de travail formés, par le fédéral, d’agriculteurs et de transformateurs laitiers notamment.

Le gouvernement caquiste s’attend aussi à voir le fédéral « appuyer » les entreprises qui font les frais « depuis plusieurs mois » des hausses tarifaires imposées par le gouvernement Trump sur l’aluminium et l’acier.

M. Legault espère en outre voir Ottawa régler la note assumée par l’État québécois pour la prise en charge de demandeurs d’asile provenant des États-Unis. Il réclame 294 millions seulement pour les dépenses effectuées en 2017-2018. Ottawa a jusqu’à maintenant offert 164,7 millions aux provinces les plus touchées, soit celles du Québec, de l’Ontario et du Manitoba. Il s’agit d’un autre point à clarifier dans le budget Morneau, selon Carlos Leitão tout en appelant, lui aussi, celui qui était autrefois son homologue à « faire preuve de plus de flexibilité » dans les critères de ses programmes d’infrastructure pour le tramway de Québec.

« Au-delà de ces demandes, le premier ministre François Legault souhaite que Justin Trudeau passe de la parole aux actes dans plusieurs dossiers afin que nos gouvernements puissent, ensemble, livrer des résultats rapidement pour les Québécois », a affirmé un membre de la garde rapprochée de M. Legault à la veille du dépôt du quatrième budget Morneau.

Seul parti à avoir « peu d’attentes » envers le budget Morneau, Québec solidaire désire seulement que « l’argent des Québécois et Québécoises soit mieux géré qu’avec l’achat d’un pipeline ». C’est plutôt le gouvernement Legault qu’il surveille pour qu’il « donne un coup de barre à l’environnement » lors de son budget de jeudi.