L’aide internationale d’Ottawa ne financera plus de soins homéopathiques au Honduras

L’homéopathie, dont la pratique remonte à 1796, prétend qu’on peut soigner un mal en ingérant une faible dose d’un produit qui déclenche des symptômes similaires chez une personne en santé.
Photo: Josh Reynolds Archives Associated Press L’homéopathie, dont la pratique remonte à 1796, prétend qu’on peut soigner un mal en ingérant une faible dose d’un produit qui déclenche des symptômes similaires chez une personne en santé.

Le gouvernement fédéral a décidé de ne pas renouveler le financement d’un organisme québécois offrant des traitements homéopathiques au Honduras.

Un porte-parole de la ministre du Développement international, Louis Bélanger, a déclaré mercredi que les projets homéopathiques ne relevaient plus des priorités de la politique d’aide internationale du gouvernement fédéral.

Le financement accordé à Terre sans frontières par Ottawa avait été critiqué par des médecins et des universitaires, pour qui les traitements homéopathiques ne constituent rien de plus que des placebos pour les soins aux patients.

Terre sans frontières a reçu environ 200 000 $ depuis 2015 pour des services d’homéopathie au Honduras. Le porte-parole de la ministre Maryam Monsef a indiqué que le programme prendrait fin après l’exercice 2019-2020.

Louis Bélanger a affirmé que le programme de financement quinquennal avait été signé par le précédent gouvernement conservateur au début de 2015 et que les fonds étaient garantis pour cette période.

Disant ne pas savoir précisément pourquoi le précédent gouvernement avait consenti à une telle aide, M. Bélanger a insisté sur le fait que ce type de projets ne seraient plus financés.

Terre sans frontières n’a pas répondu aux demandes pour commenter la décision.

L’homéopathie, dont la pratique remonte à 1796, prétend qu’on peut soigner un mal en ingérant une faible dose d’un produit qui déclenche des symptômes similaires chez une personne en santé. Les autorités médicales la qualifient de pseudoscience.

Le médecin Chris Giorshev, président de la section du traitement de la douleur au sein de l’Association médicale ontarienne, explique que les produits homéopathiques sont si dilués qu’ils ne sont « littéralement que de l’eau avec aucun ingrédient actif », ajoutant qu’il n’y a aucun autre bénéfice que celui du placebo.