Les regrets de Trudeau ne suffisent pas à Jody Wilson-Raybould

Justin Trudeau a présenté des excuses publiques à son ex-ministre Jody Wilson-Raybould pour ne pas avoir condamné plus tôt la campagne de dénigrement menée contre elle. Quelques minutes plus tard, Mme Wilson-Raybould a laissé entendre qu’il appartient au premier ministre de lever le secret professionnel auquel elle est astreinte.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Justin Trudeau a présenté des excuses publiques à son ex-ministre Jody Wilson-Raybould pour ne pas avoir condamné plus tôt la campagne de dénigrement menée contre elle. Quelques minutes plus tard, Mme Wilson-Raybould a laissé entendre qu’il appartient au premier ministre de lever le secret professionnel auquel elle est astreinte.

Jody Wilson-Raybould renvoie la balle à Justin Trudeau. L’ex-ministre veut prendre la parole et offrir sa version des faits dans le scandale SNC-Lavalin. Et elle laisse entendre que si elle ne peut pas le faire, ce sera la faute du premier ministre, qui refuse de lever son secret professionnel.

La Chambre des communes a été la scène d’un coup de théâtre mercredi après-midi : Jody Wilson-Raybould y a pris la parole pour la première fois depuis qu’elle est au coeur du scandale qui secoue le gouvernement libéral. « Je comprends tout à fait que les Canadiens veuillent connaître la vérité et veuillent de la transparence. Il ne me revient pas de lever le secret professionnel et la confidentialité. Et j’espère avoir l’occasion de dire ma vérité », a-t-elle lancé, dans un message qui semblait s’adresser directement au premier ministre, assis quelques sièges à sa droite.

Mme Wilson-Raybould venait de s’abstenir de participer à un vote réclamant la tenue d’une enquête publique sur toute cette affaire. « Je ne crois pas qu’il soit approprié que je vote sur un sujet qui me concerne personnellement », a-t-elle dit pour expliquer son geste chaudement applaudi par l’opposition. Conservateurs et néodémocrates ont d’ailleurs saisi l’occasion pour arguer que le premier ministre n’aurait pas dû voter lui non plus pour ces mêmes raisons.

Le NPD demandait, avec l’appui unanime des autres partis d’opposition, qu’une enquête publique soit déclenchée et que Mme Wilson-Raybould soit relevée de son secret professionnel. Sans surprise, la majorité libérale s’y est opposée. Deux libéraux se sont cependant rangés dans le camp de l’opposition : Nathaniel Erskine-Smith et Wayne Long, deux députés d’arrière-ban ayant déjà rompu les rangs dans le passé.

J’espère avoir l’occasion de dire ma vérité

Les troupes libérales font valoir que les deux enquêtes déjà en cours suffisent pour l’instant à faire la lumière sur les allégations d’ingérence politique dans le dossier criminel de SNC-Lavalin : celle du commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique et celle du comité de la justice, qui entendra d’ailleurs Mme Wilson-Raybould la semaine prochaine.

L’opposition craint toutefois qu’elle ne dise rien pendant cette comparution si elle est encore soumise au secret professionnel la liant à son client, le premier ministre. L’ex-ministre a retenu les services de l’ancien juge à la Cour suprême Thomas Cromwell afin de clarifier ce qu’elle peut dire publiquement. Justin Trudeau attend quant à lui l’avis du ministre de la Justice, David Lametti. Certains en coulisses avancent cependant que rien n’empêche Mme Wilson-Raybould — secret professionnel ou non — de confirmer ou d’infirmer les explications générales que le premier ministre a offertes sur toute cette histoire.

Il y a deux semaines, le Globe and Mail a allégué que l’entourage de M. Trudeau aurait fait pression sur l’ex-ministre de la Justice afin qu’elle ne dépose pas d’accusations criminelles de fraude et de corruption contre SNC-Lavalin et qu’elle négocie plutôt un accord d’aveu de culpabilité sans condamnation. M. Trudeau nie ces allégations, affirmant que le dossier a été discuté, mais que les conversations n’avaient rien d’inapproprié.

Comme le rapportait Le Devoir mercredi, la directrice des poursuites pénales (DPP) a avisé SNC-Lavalin le 4 septembre 2018 qu’un accord ne serait pas négocié, soit avant que Mme Wilson-Raybould aborde le sujet avec M. Trudeau et non après, comme on le pensait jusqu’à présent. Selon le bureau du premier ministre, M. Trudeau aurait dit à sa ministre que la décision d’ordonner ou non à la DPP de changer de cap serait la sienne. L’opposition a demandé des comptes au gouvernement à propos de cette nouvelle chronologie, mais M. Trudeau n’a rien précisé.

Tentative de réconciliation

Le coup de théâtre de Mme Wilson-Raybould a d’autant plus surpris que l’atmosphère était à la réconciliation en début de journée. Le premier ministre avait pris la peine de s’excuser auprès d’elle pour ne pas avoir immédiatement condamné la campagne de salissage dont elle a fait l’objet. Des sources libérales anonymes ont dit à des médias que l’ex-ministre était difficile, égocentrique et fustigeait ses collègues au cabinet.

« Je dois faire des excuses à Jody parce que je n’ai pas été assez rapide pour condamner les propos inacceptables et désobligeants qui ont été faits à son égard la semaine passée, a dit M. Trudeau. J’ai fini par le faire, mais j’aurais dû chercher une occasion pour le faire avant, parce que c’est absolument inacceptable. »

Les députés libéraux, pour leur part, s’étaient montrés solidaires de Mme Wilson-Raybould en l’accueillant à bras ouverts à leur rencontre hebdomadaire du caucus. Tour à tour, ils avaient assuré que la rencontre s’était bien passée et qu’il n’y avait pas eu d’animosité envers celle par qui le tourbillon est arrivé.

« Je la respecte profondément, a indiqué le député et ami de M. Trudeau Marc Miller. On a eu une discussion à la hauteur de ce qu’est notre parti, vive et à haute voix et très respectueuse. » Le député Michel Picard a toutefois reconnu que tout n’était pas rose dans la famille libérale, indiquant que « tout le monde travaille ensemble pour trouver une solution qui soit positive pour tout le monde ».

Le ministre Ralph Goodale s’est pour sa part dit convaincu que rien de répréhensible n’a été fait dans toute cette histoire. Des pressions sur l’ancienne ministre de la Justice, il n’en voit pas. « Il n’y a rien que j’aie entendu qui m’amène à me poser des questions. »

Toute cette histoire pourrait cependant avoir déjà eu un impact sur la popularité du Parti libéral. Un sondage en ligne de Léger effectué pour le compte de La Presse canadienne place maintenant les conservateurs en tête à 36 % des intentions de vote contre 34 % pour les libéraux. L’écart séparant les deux formations demeure moindre que la marge d’erreur, qui serait de 2,5 % pour un sondage probabiliste comparable. Néanmoins, le dernier coup de sonde de cette maison, publié en novembre, plaçait plutôt les troupes de Justin Trudeau à 39 % contre 33 % pour celles d’Andrew Scheer.

4 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 21 février 2019 04 h 28

    Quelle drame!

    Au lieu de faire niaiser le pays en disant qu'elle va le dire, va t-elle le dire enfin? Quand? Juste avant les élections pour faire le maximum de dommages?

  • Serge Grenier - Abonné 21 février 2019 08 h 59

    Noyer le poisson

    Tout cela n'explique pas pourquoi Gerald Butts a démissionné.

    Il n'y a pas de fumée sans feu et le show de boucane majeur auquel on assiste ne peut en aucun cas n'être qu'un manque de diligence du premier ministre pour défendre une de ses ministres.

    C'est clair qu'on veut détourner l'attention d'un cas d'ingérence profonde du privé dans le politique. Et ça ne concerne pas seulement SNC-Lavalin, mais aussi Irving et plusieurs autres.

    Que ça plaise ou non à Monsieur Trudeau, tout finit toujours par se savoir. Lui aimerait que ce soit le plus tard possible, pour moi, le plus tôt sera le mieux. Peut-être y aura-t-il des conséquences négatives à court terme, mais à long terme, sortir le privé du public, c'est aussi important que séparer l'Église de l'État.

  • Pierre Bernier - Abonné 21 février 2019 10 h 21

    Pas "fort" cette gestion de la tension !

    Rappelle l'évaluation des actions du PM canadien faite par des membres du G20 au lendemain de la réunion de la Malbaie ?

  • Gilles Théberge - Abonné 21 février 2019 15 h 16

    Oui mais ce qui écoeure, c'est ça : https://www.ledevoir.com/societe/548185/snc-lavalin-arret-des-procedures-pour-l-ex-vice-president-aux-finances-stephane-roy