Des diplomates canadiens blessés à Cuba réclament 28 millions à Ottawa

<p>Neuf adultes et cinq enfants provenant de familles diplomatiques ont souffert de maux étranges à La Havane, notamment de nausées, d’étourdissements, de maux de tête et de problèmes de concentration.</p>
Photo: Desmond Boylan Archives Associated Press

Neuf adultes et cinq enfants provenant de familles diplomatiques ont souffert de maux étranges à La Havane, notamment de nausées, d’étourdissements, de maux de tête et de problèmes de concentration.

Cinq diplomates canadiens et leurs proches qui ont souffert d’étranges malaises pendant qu’ils étaient en poste à Cuba réclament plus de 28 millions à Ottawa.

Dans une déclaration déposée mercredi devant la Cour fédérale, les diplomates accusent le gouvernement canadien de ne pas les avoir protégés, d’avoir camouflé des informations cruciales et d’avoir minimisé l’importance des risques.

Affaires mondiales Canada a reconnu que neuf adultes et cinq enfants provenant de familles diplomatiques ont souffert de maux étranges à La Havane, notamment de nausées, d’étourdissements, de maux de tête et de problèmes de concentration.

Affaires mondiales assure que le gouvernement essaie d’identifier la cause du problème, et maintient que la santé et la sécurité du personnel diplomatique et de leurs proches sont au sommet de ses priorités.

Des responsables ont écarté des facteurs environnementaux, comme une contamination du sol, de l’air ou de l’eau, et ne croient pas non plus à une attaque acoustique.

En avril dernier, le Canada a annoncé que le personnel en poste à Cuba ne serait plus accompagné de ses proches en raison de l’incertitude qui persiste.

La déclaration accuse Ottawa d’avoir non seulement empêché les diplomates d’évaluer les risques d’un poste à La Havane, mais aussi de les avoir privés de la chance de protéger leurs enfants. Ces allégations n’ont pas encore été mises à l’épreuve devant un tribunal.

Un médecin s’occupe maintenant à temps plein de ceux dont les symptômes persistent. Dans leur déclaration, les diplomates reprochent plutôt à Ottawa d’« avoir interféré activement » avec leur capacité à obtenir des soins appropriés.

La GRC mène l’enquête pour identifier la source des maux, dont ont également souffert des diplomates américains à La Havane. Le Canada collabore avec les États-Unis et Cuba pour tenter d’élucider le mystère.