Un autre Canadien atteint du «syndrome de La Havane»

Pas moins de 14 Canadiens ont été affectés d’un mal étrange à la suite d’«attaques acoustiques» dont on ignore la source.
Photo: Desmond Boylan Associated Press Pas moins de 14 Canadiens ont été affectés d’un mal étrange à la suite d’«attaques acoustiques» dont on ignore la source.

Le Canada réduira la taille de son ambassade à La Havane et les services y étant offerts dans la foulée de la découverte d’un quatorzième cas de diplomate souffrant de problèmes de santé à la suite de mystérieuses attaques acoustiques.

Ottawa dit toujours chercher la cause de ces attaques, mais écarte de la liste des suspects potentiels une espèce de grillons que des entomologistes avaient récemment identifiée.

« Affaires mondiales Canada a décidé de réduire sa présence à La Havane. Les services essentiels, incluant tous les services consulaires, continueront d’être offerts à partir de Cuba. Les autres services de l’ambassade seront ajustés », a indiqué lors d’une séance d’information un fonctionnaire qui ne peut pas être nommé. Les services réévalués sont ceux liés à l’immigration et à la promotion du commerce. « On étudie la possibilité que les gens [offrant ces services] soient localisés en dehors de La Havane, au Canada ou dans d’autres missions canadiennes » de la région, a ajouté ce fonctionnaire.

Le nombre d’employés canadiens en poste à La Havane, qui s’élève à 16 en ce moment, sera réduit potentiellement à 8 personnes. L’ampleur et la nature de la réduction seront déterminées d’ici deux semaines, indique-t-on.

Depuis 2017

Le « syndrome de La Havane » a commencé à faire les manchettes en 2017, lorsque des diplomates canadiens et américains se sont plaints de souffrir de nausée, d’étourdissements, de maux de tête, de problèmes de vision et de fatigue après avoir été exposés à de possibles « attaques sonores ». Jusqu’à présent, aucune cause de ces problèmes n’a été trouvée. En date de juin dernier, les États-Unis dénombraient 25 diplomates affectés. Des 14 Canadiens malades, 5 sont des enfants. Désormais, les affectations canadiennes à Cuba sont limitées aux diplomates sans famille.

La quatorzième personne touchée est arrivée en poste l’été dernier et a signalé ses symptômes le 29 décembre. Les tests médicaux viennent de confirmer qu’ils sont reliés à cette source mystérieuse. La treizième victime s’était déclarée à la fin de novembre. Aucune autre victime canadienne ne s’était déclarée depuis octobre 2017.

Ottawa indique que l’enquête de la GRC pour déterminer la cause de ces problèmes de santé suit toujours son cours. On écarte toutefois la possibilité que le grillon à queue courte des Indes en soit responsable. Des entomologistes américains et britanniques avaient évoqué cette possibilité début janvier. Comme une des attaques acoustiques a été enregistrée et rendue publique, les chercheurs l’avaient analysée et avaient constaté qu’elle ressemblait au chant d’appel du grillon par sa durée, sa fréquence de répétition, son spectre de puissance et la stabilité des oscillations.

Fausse piste, assure Ottawa. « Nous avons écarté la possibilité que les grillons soient responsables. Les impacts sont évidents, selon les examens médicaux, et les grillons ne peuvent pas causer ce type d’impact sur la santé », a indiqué une fonctionnaire lors de la séance d’information.