La Royale nie avoir eu accès aux messages des utilisateurs de Facebook

L’article du «New York Times<em>»</em> indique que plus de 150 entreprises ont eu accès aux informations personnelles des utilisateurs de Facebook.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne L’article du «New York Times» indique que plus de 150 entreprises ont eu accès aux informations personnelles des utilisateurs de Facebook.

La Banque Royale a démenti mercredi les informations contenues dans un article du New York Times selon lesquelles elle aurait pu lire, écrire et supprimer des messages d’utilisateurs sur le réseau social Facebook.

Dans son article, le quotidien new-yorkais affirme que Facebook aurait accordé à la Royale, tout comme à Spotify et Netflix, la permission de consulter les messages privés de ses utilisateurs. Ces affirmations s’appuyaient sur des centaines de documents internes de Facebook obtenus par le journal, qui n’ont pas été vérifiés par La Presse canadienne.

L’article du New York Times indique que plus de 150 entreprises ont eu accès aux informations personnelles des utilisateurs de Facebook, y compris des listes complètes d’amis et des informations de contact, sans leur permission ou à leur insu.

Transferts d’argent

La Royale affirme avoir reçu l’autorisation d’envoyer des messages aux utilisateurs de Facebook de 2013 à 2015, lorsqu’elle proposait un service d’application mobile permettant aux clients d’envoyer de l’argent à leurs amis par l’entremise du réseau social. La banque dit ne pas avoir eu la possibilité de consulter les messages des utilisateurs.

L’institution a expliqué qu’elle devait pouvoir envoyer les messages pour confirmer l’identité de l’utilisateur de Facebook recevant l’argent et lui envoyer un accusé de réception pour la transaction. La Banque a nié avoir eu accès aux messages privés ou avoir eu besoin d’accéder à ces messages.

Le service, qui utilisait l’application mobile de la Banque, a été mis hors service en 2015 en raison de sa faible utilisation.