Trudeau déplore les commentaires de Legault sur l'«énergie sale»

Justin Trudeau estime que le Canada en entier doit s’unir pour soutenir l’Alberta, qui vit présentement une crise.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Justin Trudeau estime que le Canada en entier doit s’unir pour soutenir l’Alberta, qui vit présentement une crise.

Le premier ministre Justin Trudeau a confié, en entrevue au Devoir, que les commentaires de François Legault sur le pétrole sale albertain ont nui à l’unité canadienne.

« Je trouve que ce ne sont pas des commentaires qui contribuent à l’unité canadienne », a observé M. Trudeau, dans un entretien avec le bureau parlementaire du Devoir mardi après-midi.

Le premier ministre a fait valoir qu’à son avis, « les Québécois apprécient et comprennent […] l’importance de démontrer aux Albertains, qui souffrent tellement, maintenant, à cause de la perte de milliards de dollars par année de leur économie et par extension de l’économie canadienne, qu’on est là pour essayer de les appuyer dans leurs moments de difficulté ».

Les tensions au sein de la fédération ont été exacerbées, il y a dix jours, lorsque les premiers ministres fédéral et provinciaux se sont réunis à Montréal. Les premiers ministres de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Nouveau-Brunswick — Rachel Notley, Scott Moe et Blaine Higgs — espéraient y convaincre François Legault de ressusciter le projet d’oléoduc Énergie Est afin de transporter le pétrole de l’Ouest canadien vers les Maritimes.

Le premier ministre québécois a cependant aussitôt rejeté l’idée, en qualifiant au passage le pétrole albertain d'« énergie sale ».

L’hostilité entre l’Alberta et le Québec s’est aggravée depuis. L’ancien chef du parti provincial Wildrose, Brian Jean, a appelé à un boycottage des produits du Québec. Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, a quant à lui carrément été hué, lors d’une manifestation pro-pipeline lundi, lorsqu’il a pris la parole en français en espérant ainsi interpeller les Québécois.

Ce climat préoccupe Justin Trudeau, qui estime que le Canada en entier doit s’unir pour soutenir l’Alberta, qui vit présentement une crise. « La responsabilité du premier ministre est de garder le pays intact et ensemble, [présents] les uns pour les autres. »

Le gouvernement fédéral a annoncé, mardi, qu’il allongerait 1,6 milliard de dollars pour aider les entreprises énergétiques en difficulté à acheter de nouveaux équipements et à se diversifier, alors que l’Alberta peine à s’ajuster à la faiblesse des prix du pétrole.

— Lisez notre couverture complète de l’entrevue avec le premier ministre canadien demain sur toutes nos plateformes.