Les conservateurs fustigent le plan d’aide aux médias des libéraux

La députée conservatrice albertaine Michelle Rempel est l’une des plus choquées par ces mesures d’aide, qui prendront la forme de crédits d’impôt.
Photo: Adrian Wyld Archives La Presse canadienne La députée conservatrice albertaine Michelle Rempel est l’une des plus choquées par ces mesures d’aide, qui prendront la forme de crédits d’impôt.

« C’est donc la mort du journalisme », « Trudeau vient de nationaliser le nouveau journalisme », « Grâce à Justin Trudeau, le parti des médias est maintenant le parti politique le mieux financé au pays » : les conservateurs ne digèrent pas le plan concocté par les libéraux pour aider les médias.

Les députés conservateurs ont été nombreux à exprimer leur indignation sur les réseaux sociaux, jeudi, au lendemain de l’annonce d’une aide totalisant 595 millions de dollars sur cinq ans pour l’industrie des médias en difficulté.

L’élue albertaine Michelle Rempel est l’une des plus choquées par ces mesures d’aide, qui prendront la forme de crédits d’impôt, car le plan signifie selon elle « la mort de la liberté d’expression au Canada », a-t-elle prévenu sur Twitter.

   

Son collègue ontarien Pierre Poilievre a aussi manifesté son insatisfaction sur le même réseau social. La veille, en réaction au dévoilement des propositions fédérales, il avait interprété le geste comme une façon « d’acheter le contrôle des médias dans une année électorale ».

   

Dans son énoncé économique, le gouvernement libéral a justifié la mesure en arguant qu’il « est essentiel d’avoir des médias d’information forts et indépendants » afin « d’assurer la vitalité d’une démocratie ».