Des députés bloquistes appuieront Yves-François Blanchet

Yves-François Blanchet
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Yves-François Blanchet

Yves-François Blanchet y réfléchit encore. Mais au moins cinq des dix députés bloquistes l’assurent de leur appui s’il se présente comme candidat au leadership de leur parti.

Et en choeur, les dix députés invitent l’ancien élu péquiste à tenter l’aventure.

« Le caucus du Bloc québécois voit d’un très bon oeil la candidature de monsieur Yves-François Blanchet et l’encourage fortement à se porter candidat à la chefferie », peut-on lire dans un communiqué diffusé par la formation mercredi après-midi.

Même le chef par intérim de la formation, Mario Beaulieu, n’hésite pas à annoncer son appui à M. Blanchet, révélant, du même coup, qu’il est de ceux qui ont approché l’homme pour le convaincre de revenir à la vie politique active.

« Le cas échéant, je vais l’appuyer […] Déjà, je l’ai rencontré », a avoué M. Beaulieu avant de se taire, réalisant qu’il en avait déjà trop dit.

Les députés Luc Thériault, Monique Pauzé, Gabriel Ste-Marie et Rhéal Fortin ont tous également annoncé qu’ils appuieront M. Blanchet, sans attendre de voir quel autre candidat pourrait se présenter dans cette course, dont l’ouverture officielle est le 14 décembre.

« À un moment donné, dans la vie, il faut faire des choix, a argué M. Fortin. Je connais suffisamment Yves-François Blanchet pour qu’il ait toute ma confiance. […] J’ai fait mon lit. Je vais appuyer Yves-François Blanchet. »

« Je ne connais pas M. Blanchet. Je l’ai salué lors des funérailles de M. Landry pour la première fois. Mais quand je vois d’où il vient, son passé, eh bien, ça vient me chercher », a confié pour sa part Mme Pauzé, citant les dossiers de l’environnement et des arts.

« C’est un geste généreux et courageux. La politique fédérale, ce n’est pas facile pour les Québécois, actuellement », a noté M. Thériault avant d’annoncer lui aussi son appui à la candidature éventuelle de M. Blanchet. « C’est quelqu’un qui m’apparaît être un travailleur d’équipe, capable d’exercer un leadership éclairé », a-t-il également offert pour expliquer son choix.

Rappelons que la formation s’est débarrassée de Martine Ouellet après une sérieuse crise qui avait vu sept des dix députés claquer la porte en se plaignant du leadership de Mme Ouellet. M. Thériault était du nombre.

Pour sa part, le député de Terrebone Michel Boudrias réfléchit encore à la possibilité de se porter candidat au leadership. Il ne donne donc pas encore son appui à M. Blanchet.

« La précipitation est mauvaise conseillère en toutes circonstances, particulièrement en politique », a averti M. Boudrias. Tout de même, avec ses neuf collègues, il encourage fortement l’ex-député péquiste à se porter candidat à la chefferie du Bloc québécois. « C’est un beau cadeau de Noël avant Noël », a-t-il offert, tout sourire, à l’entrée des Communes.

Mardi après-midi, M. Blanchet, un des analystes politiques à l’antenne de Radio-Canada, a confirmé qu’il se retirait de l’émission Les ex diffusée au Réseau de l’information (RDI), le temps de réfléchir à son avenir politique.

M. Blanchet a été député du Parti québécois de 2008 à 2014. Il a été ministre de l’Environnement au sein du gouvernement minoritaire de Pauline Marois.

Jusqu’à maintenant, un seul militant bloquiste a annoncé son intention de se porter candidat à la chefferie. Il s’agit de Christian Hébert, un agriculteur de la région de Portneuf.