Les Franco-Ontariens organisent la riposte

Vendredi, Mélanie Joly a associé la décision de Queen’s Park au «fait que chaque fois que des conservateurs sont au pouvoir, on voit des reculs pour les francophones».
Photo: Patrick Doyle La Presse canadienne Vendredi, Mélanie Joly a associé la décision de Queen’s Park au «fait que chaque fois que des conservateurs sont au pouvoir, on voit des reculs pour les francophones».

Après le choc, la riposte. La communauté franco-ontarienne promet une bataille de tous les instants en réaction à la décision du gouvernement Ford de sabrer les services aux francophones. Et le gouvernement Trudeau sera là en appui.

« Je suis tout à fait choquée, a indiqué la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, en entretien avec Le Devoir. Jeudi fut une journée extrêmement triste, on parle d’une décision complètement inacceptable, une attaque frontale contre la francophonie. Aujourd’hui, on se retrousse les manches. Les francophones font un appel à la mobilisation, et le fédéral va toujours répondre présent. »

Cela parce que le gouvernement de Doug Ford a annoncé jeudi qu’il abolissait le Commissariat aux services en français (l’ombudsman s’occupera dorénavant de ces dossiers). De même, il « annule les plans de création » de l’Université de l’Ontario français (UOF). Celle-ci devait accueillir ses premiers étudiants à Toronto en 2020.

Ces deux décisions ont soulevé un vif tollé qui n’a pas faibli vendredi, et qui se fait entendre dans toute la francophonie canadienne.

« La résistance s’organise déjà, indique en entretien Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie en Ontario (AFO). On réunit tous les piliers de la communauté en fin de semaine et on va regarder toutes les actions politiques, communautaires et légales possibles. »

Quelque 20 ans après le bras de fer autour de la survie de l’hôpital Montfort, M. Jolin affirme que « l’Ontario français n’a jamais été aussi concerté que maintenant. Les gens sont au courant de tout… et ils sont frustrés. En colère ».

Juridique ?

Vingt-quatre heures plus tard, M. Jolin n’avait pas décoléré lui-même. « Doug Ford avait promis à de nombreuses reprises » de maintenir le projet d’université, rappelle-t-il. « C’est une attaque délibérée contre la francophonie, estime M. Jolin. On se sert du prétexte financier pour justifier, mais il reste qu’on sabre précisément le dossier dominant pour les francophones. »

Le conseil des gouverneurs de l’UOF se réunira lui aussi en fin de semaine pour « examiner toutes les facettes de la question », selon son recteur par intérim, Normand Labrie. Un avis juridique a été demandé pour évaluer les options.

Le Regroupement étudiant franco-ontarien (REFO, très impliqué dans le projet d’université) fourbit lui aussi les armes de la résistance. « On se concerte, affirme le directeur général, François Hastir. On regarde les options légales, mais on veut aussi tenter de dialoguer avec le gouvernement pour qu’il fasse volte-face. Et on va s’assurer de faire pression sur le Parlement pour que la résistance se fasse à ce niveau également. »

Pression

Que peut faire Ottawa dans ce tableau ? Le recteur Labrie le rappelait vendredi, « les universités sont des personnes morales créées par les provinces ». La ministre Joly répond que le fédéral « va aller au maximum de [sa] compétence ».

« On est là pour mettre de la pression, pour aider à l’organisation sur le terrain », fait valoir Mme Joly. Elle rappelle aussi que le Plan d’action sur les langues officielles offre du soutien financier aux communautés linguistiques.

S’exprimant dans le cadre du Jour de Louis Riel, le premier ministre Trudeau a profité de l’occasion pour souligner sur Twitter que c’était le bon moment pour « penser au rôle essentiel des gouvernements pour protéger, préserver et chérir les droits liés aux langues minoritaires au Canada. On a tous le droit de vivre et de travailler dans la langue officielle de notre choix ».

Cet activisme du fédéral dans un dossier ontarien peut en partie s’expliquer par l’imminence des élections fédérales… et par les divergences politiques profondes qui séparent le gouvernement libéral de M. Trudeau de celui, conservateur, de Doug Ford.

Vendredi, Mme Joly a associé la décision de Queen’s Park au « fait que chaque fois que des conservateurs sont au pouvoir, on voit des reculs pour les francophones ».

L’abolition du programme de contestation judiciaire par Stephen Harper en 2006 ou les coupes dans le financement de Radio-Canada sous ce même gouvernement en seraient des preuves, estime Mélanie Joly. « Et c’est ce qu’on voit en Ontario », a-t-elle dit en dénonçant dans la foulée les liens entre Doug Ford et le chef conservateur fédéral, Andrew Scheer.

Le député conservateur fédéral Alupa Clarke a qualifié de « ridicules » ces « raccourcis intellectuels ». À La Presse canadienne, M. Clarke a dit « trouver décevante » la décision du gouvernement Ford. « On peut dire que c’est un certain recul pour les francophones en Ontario. »

Chaque fois que des conservateurs sont au pouvoir, on voit des reculs pour les francophones

 

Québec aussi

Le premier ministre Legault a pour sa part promis de discuter du dossier avec Doug Ford lors de leur rencontre prévue lundi. Les partis d’opposition lui ont tous enjoint d’aborder la question de front.

La ministre québécoise responsable de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, a déjà transmis de vive voix ses « inquiétudes » à son homologue ontarienne, Caroline Mulroney (déléguée aux Affaires francophones).

« Mme Mulroney m’a fait part de son engagement envers la communauté franco-ontarienne et des défis budgétaires auxquels le gouvernement de l’Ontario fait face », a rapporté Mme Lebel sur Twitter. « Nous allons continuer à promouvoir et à défendre les intérêts des francophones partout au Canada. »

Quant à Mme Mulroney, elle est sortie de son mutisme en mi-journée pour affirmer à Radio-Canada que « la protection des droits linguistiques sera toujours présente en Ontario » malgré les changements. « Notre gouvernement a été élu pour livrer les services de façon plus efficace », a-t-elle ajouté… sans pouvoir chiffrer les économies rattachées à ces décisions.

À voir en vidéo