Le maire de Winnipeg sera candidat libéral

Winnipeg— Le populaire et télégénique maire de Winnipeg, Glen Murray, un ardent défenseur du monde municipal sur la scène nationale, se retire pour se présenter aux prochaines élections fédérales sous la bannière libérale.

M. Murray, 46 ans, a mis fin à des mois de rumeurs à son sujet en annonçant hier qu'il allait briguer l'investiture libérale dans la circonscription de Charleswood-St. James-Assiniboia, en banlieue de Winnipeg.

L'actuel député de cette circonscription, John Harvard, a annoncé jeudi qu'il abandonnait son siège — détenu par les libéraux depuis 1988. Hier, le premier ministre Paul Martin a annoncé que M. Harvard deviendrait le prochain lieutenant-gouverneur du Manitoba.

«C'est la fin d'un chapitre de ma vie aujourd'hui et le commencement d'un nouveau», a dit M. Murray au cours d'une conférence de presse.

L'exécutif de l'association libérale de Charleswood-St. James-Assiniboia a unanimement accepté jeudi soir M. Murray comme candidat — même avant une annonce officielle. Le président de l'association, Bill Mackay, a affirmé qu'il y aura une assemblée d'investiture mais qu'il n'y aura pas d'opposition.

Une victoire de Glen Murray aux prochaines élections n'est toutefois pas assurée si on considère qu'aux dernières élections M. Harvard avait récolté un total de votes bien inférieur à ceux (combinés) des candidats de l'Alliance canadienne et du Parti progressiste-conservateur, deux partis maintenant fusionnés.

M. Murray a affirmé qu'il démissionnera de son poste de maire lorsque les brefs électoraux auront été émis. Il aura été maire de Winnipeg pendant six ans.

Né en 1957, Glen Murray a été adopté par une famille de la classe moyenne et a grandi à Montréal où il est resté jusqu'à ce qu'il déménage à Winnipeg en 1985 pour un poste de relations publiques à Postes Canada.

Ouvertement gai, il a plus tard travaillé dans une clinique médicale de Winnipeg auprès de patients atteints du sida.

Il est devenu conseiller municipal de Winnipeg en 1989, puis maire neuf ans plus tard.

M. Murray est un ancien partisan néo-démocrate.