Nicola Di Iorio a-t-il choisi sa date lui-même?

Ottawa — Le député fédéral de Saint-Léonard–Saint-Michel, Nicola Di Iorio, n’a pas choisi lui-même la date de son départ, selon la présidente de son association de circonscription, Maddalena Fiore. Le 22 janvier a été choisi par le premier ministre. « Ce n’est pas lui [Nicola Di Iorio] qui veut, c’est Justin Trudeau qui a voulu ça comme ça, alors c’est bien », a-t-elle répondu lorsque Le Devoir lui a demandé si son exécutif était à l’aise avec un départ si tardif. En vertu d’un projet de loi sur le point d’être adopté, il sera désormais interdit au premier ministre de déclencher une élection partielle si un siège se libère dans les neuf mois précédant une élection générale. Le 22 janvier correspond au premier jour de cette période d’interdiction. Le bureau de M. Trudeau a nié cette allégation. Ce dernier n’a pas répondu aux questions du Devoir.