Tony Clement démissionne de ses fonctions

Le député et ancien ministre conservateur Tony Clement
Photo: Chris Young La Presse canadienne Le député et ancien ministre conservateur Tony Clement

Le député et ancien ministre conservateur Tony Clement démissionne de ses fonctions au sein du cabinet fantôme de l’opposition officielle, se disant victime d’extorsion relativement à des photos et une vidéo « sexuellement explicites ».

Dans un communiqué diffusé mardi soir, M. Clement a admis avoir partagé des images et une vidéo « sexuellement explicites » de lui-même, qu’il croyait envoyer à « une destinataire féminine consentante ».

Il dit avoir finalement découvert qu’il s’agissait « d’un individu ou d’un groupe qui l’a ciblé pour des fins d’extorsion financière ».

M. Clement affirme avoir démissionné de ses fonctions au sein des comités de la Chambre des communes et au cabinet fantôme en tant que porte-parole à la justice « pour se concentrer sur sa vie personnelle et sa famille ».

Il demeure toutefois député, a-t-il précisé dans sa déclaration.

M. Clement reconnaît avoir « emprunté la mauvaise voie » et avoir fait preuve d’un « mauvais jugement ». Il s’est excusé à ses collègues et aux citoyens qu’il représente dans la circonscription de Parry Sound — Muskoka, en Ontario.

M. Clement s’est engagé à « chercher l’aide et les traitements nécessaires ».

Le chef conservateur Andrew Scheer a affirmé en soirée, mardi, qu’il était « déçu du comportement » de son député, mais il s’est dit « encouragé » par le fait qu’il soit allé chercher de l’aide.

« Ce faisant, je lui souhaite la meilleure des chances », a-t-il ajouté.

La députée Lisa Raitt héritera des fonctions de M. Clement comme porte-parole conservatrice en matière de justice.