Le Bloc doit fusionner avec le PQ et QS, lance un député

Selon le député Michel Boudrias, il faudrait réunir tous les militants souverainistes sous un seul parti politique.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Selon le député Michel Boudrias, il faudrait réunir tous les militants souverainistes sous un seul parti politique.

La réconciliation des forces souverainistes provinciales ne suffit pas, de l’avis d’un des députés du Bloc québécois. Michel Boudrias estime qu’il faudrait carrément fusionner le Bloc avec le Parti québécois et Québec solidaire, afin d’offrir une seule voix souverainiste sur les scènes provinciale et fédérale.

« La mission est simple : un seul parti souverainiste, un seul programme, une seule organisation, une seule mission coordonnée qui s’articule à l’intérieur des parlements de Québec et d’Ottawa », lance M. Boudrias, dans une lettre ouverte envoyée au Devoir.

Le député fédéral trouve « aberrant » que les militants souverainistes se disséminent au sein de trois véhicules politiques, trois structures administratives et surtout trois bassins de militants. « Depuis une décennie, nous affaiblissons nos forces dans un manque de coordination notoire », déplore-t-il en outre dans son billet. « Ce mode de fonctionnement erratique et contre-productif doit cesser une fois pour toutes. »

La solution : réunir tous ces effectifs sous un seul parti, un seul logo, un seul programme politique. « Je lance l’idée pour qu’elle puisse cheminer. Et au final, la part du lion quand on parle de structure et d’organisation militante, ce n’est pas le Bloc, ce n’est pas Québec solidaire qui dispose de la force de frappe. C’est le Parti québécois avec ses 80 000 membres », argue-t-il en entrevue au Devoir.

Le Bloc québécois est en plein processus de refondation. Cette idée, lancée par le Forum jeunesse du Bloc, visait à relancer le parti en révisant son programme et son nom, et en se choisissant un nouveau chef au mois de mars. C’est en marge de cette grande réflexion que Michel Boudrias lance ce qu’il appelle son « pavé dans la marre personnel » — inspiré par le Parti national écossais, qui siège au Parlement britannique fédéral tout en dirigeant le gouvernement local en Écosse.

« Quand une idée me brûle et que je constate une situation politique qui commande des changements, si je pense qu’elle est bonne, je vais la soumettre à l’épreuve du feu de l’opinion publique et militante », indique M. Boudrias, qui ne l’avait pas partagée avec ses collègues avant de la soumettre au Devoir.