Affaire Khashoggi: Trudeau demeure ferme face à l’Arabie saoudite

Jamal Khashoggi a été vu pour la dernière fois entrant dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.
Photo: Lefteris Pitarakis Associated Press Jamal Khashoggi a été vu pour la dernière fois entrant dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

Justin Trudeau assure que le Canada a toujours été clair et ferme avec le royaume d’Arabie saoudite, et qu’il continue de l’être, au chapitre des droits de la personne.

Le premier ministre a aussi déclaré vendredi que le Canada était « très préoccupé » par la disparition du journaliste américain Jamal Khashoggi, même si M. Trudeau admet que les informations sont pour l’instant parcellaires dans ce dossier.

Interrogé par les journalistes au Sommet de la Francophonie, en Arménie, M. Trudeau a ajouté que le Canada déployait depuis plusieurs années en Arabie saoudite un important effort diplomatique sur la question des droits de la personne, et qu’il avait eu personnellement une conversation avec le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud au printemps dernier.

Le premier ministre a soutenu que le Canada maintiendra une posture claire et ferme pour défendre les droits de la personne dans le monde, « quel que soit l’interlocuteur ».

Le mystère entourant la disparition de M. Khashoggi n’a fait que s’intensifier depuis qu’il a été vu pour la dernière fois entrant dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, la capitale turque, il y a 10 jours.

Selon les médias américains, des responsables turcs disposeraient d’enregistrements audio et vidéo prouvant que le chroniqueur du Washington Post a été interrogé, torturé et tué par des membres du service de sécurité saoudien à l’intérieur du consulat, où il était venu retirer des documents officiels pour son mariage prochain.

La controverse survient après le conflit diplomatique entre le Canada et le royaume saoudien, déclenché lorsque la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a appelé à la libération immédiate d’activistes détenus, dont Samar Badawi, militante des droits des femmes et soeur du blogueur Raif Badawi, lui-même emprisonné depuis 2012 pour avoir critiqué des leaders religieux.