La bisbille au Bloc québécois continue

Le chef par intérim du Bloc québécois, Mario Beaulieu
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le chef par intérim du Bloc québécois, Mario Beaulieu

L’appui indéfectible qu’a offert le Bloc québécois au Parti québécois est mal passé dans les rangs du parti fédéral. Un membre du bureau national a démissionné, a appris Le Devoir. Le vice-président du parti y est quant à lui allé d’un rappel à l’ordre, arguant que le Bloc venait de faire une « erreur stratégique » en ravivant les divisions qui déchiraient encore le parti il y a à peine quelques mois.

À la veille du scrutin provincial, le chef et l’exécutif du Bloc québécois avaient désavoué une poignée de bloquistes qui venaient d’inviter les indépendantistes de Québec à appuyer les deux candidats locaux de Québec solidaire, Catherine Dorion et Sol Zanetti, devenus députés lundi soir. Le Bloc appuyait plutôt résolument le Parti québécois, martelaient Mario Beaulieu et le quartier général du parti.

Une sortie que n’a pas digérée Jocelyn Beaudoin, qui a quitté son poste de représentant des membres au bureau national du Bloc dès le lendemain. « Il s’agit d’une rebuffade magistrale pour nos membres », a-t-il déploré dans une lettre transmise à l’exécutif du parti et à ses députés le 28 septembre.

Le Bloc avait justement choisi de ne pas appuyer un parti ou un autre dans le cadre de l’élection québécoise, « sachant qu’un tel sujet allait diviser les membres », rappelle M. Beaudoin dans sa lettre, dont Le Devoir a obtenu copie. « À la première occasion où nous aurions pu nous élever au-dessus du débat et adopter une approche constructive, le parti se tire dans le pied », dénonce-t-il, en parlant d’un « manque de jugement politique majeur » qui illustre « que la division est encore le mot d’ordre ».

M. Beaudoin est un ancien président d’Option nationale. Il avait farouchement appuyé Martine Ouellet, lorsqu’elle était chef du Bloc. « Parce que la majorité des membres de notre parti provient du Parti québécois, supposément qu’il ne faudrait pas les décevoir. […] Si certains de nos membres ne comprennent pas que leur parti n’a plus le monopole de l’indépendance, c’est à nous de le leur expliquer », argue Jocelyn Beaudoin.

Or, son malaise n’était pas isolé, a constaté Le Devoir. Car le jour même de l’envoi de sa missive, le vice-président du parti, Gilbert Paquette, y est allé de sa propre série de remontrances, en reprochant lui aussi à M. Beaulieu et au parti de ne pas avoir consulté les instances avant de proclamer l’appui du BQ au PQ.

Cette sortie est venue « renforcer l’impression créée par l’ancien chef Gilles Duceppe par son attaque frontale sur la porte-parole de Québec solidaire [Manon Massé], à savoir que le Bloc se voyait comme une espèce d’appendice du Parti québécois », regrette M. Paquette dans une lettre distribuée au bureau national et aux députés. Le Bloc a pourtant besoin des appuis de tous les indépendantistes au fédéral, souligne-t-il. « Ce n’est pas en rebutant les membres de QS ou ceux d’ON qui s’y sont joints que nous pourrons gagner en 2019. » L’appui au PQ « ravive les divisions résultant de la récente crise interne dans notre parti et nuit à nos efforts de réunification ou de reconstruction », se désole M. Paquette, qui était lui aussi un proche allié de Martine Ouellet.

Et la réconciliation ?

À la suite de l’élection de lundi, les bloquistes voulaient se faire les architectes d’une réconciliation entre péquistes et solidaires. Leur processus de refondation, qui doit rassembler des membres de tous les partis souverainistes provinciaux et se conclure en janvier, était vu comme une première étape vers une réunification qui se ferait aussi sur la scène provinciale.

« Le processus de refondation arrive à point nommé, se réjouissait Mario Beaulieu au lendemain de l’élection mardi. Ça va permettre d’établir une réflexion et d’établir une nouvelle unité de tous les indépendantistes à Ottawa. »

Le doyen bloquiste Louis Plamondon était du même avis cette semaine. « C’est certain qu’il n’y a plus d’avenir pour la souveraineté sans l’union de toutes les forces souverainistes, observait-il. C’est sûr que nous, on souhaite que tous les souverainistes se stationnent derrière le Bloc pour l’élection fédérale. Ça va être la prochaine étape. Et peut-être que ça pourrait être le signal du premier grand geste d’unité. »

La fracture entre factions péquiste et solidaire ou anciennement d’ON est cependant encore présente dans les rangs bloquistes, a-t-on confié en coulisses au Devoir. Et l’élection québécoise a révélé que le clivage entre les deux camps qui opposaient l’ancienne garde bloquiste à Martine Ouellet et ses alliés — plus proches de l’héritage d’ON avec leur volonté de faire davantage la promotion de la souveraineté – n’avait pas complètement disparu.

« C’est une question philosophique quant à la façon de voir le Bloc québécois à l’avenir », a expliqué une source bloquiste au Devoir. « Certains disent que c’est la chasse gardée du Parti québécois. D’autres pensent qu’on doit être plus ouverts. »

Les tensions au sein du Bloc québécois avaient culminé avec la démission de sept des dix députés, l’hiver dernier. Ces derniers sont tous revenus au caucus bloquiste en septembre. Mais les deux camps restent encore aujourd’hui quelque peu sur leurs positions idéologiques, tant du côté des élus que de celui des employés.

À voir en vidéo