Maxime Bernier débauche des organisateurs conservateurs au Québec

Le Parti populaire se donne comme objectif de se doter de 338 associations de circonscription d’ici la fin de l’année.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le Parti populaire se donne comme objectif de se doter de 338 associations de circonscription d’ici la fin de l’année.

La nouvelle formation politique de Maxime Bernier fait des adeptes et provoque même des changements d’allégeance. Non seulement le recrutement de membres dépasse les espérances du chef, mais plusieurs anciens organisateurs du Parti conservateur ont quitté le navire pour se joindre au Parti populaire du Canada.

Selon les informations obtenues par Le Devoir, le Parti populaire a recruté pas moins de 20 374 membres depuis son lancement officiel il y a deux semaines et demie. À titre de comparaison, le Parti conservateur compte environ 100 000 membres et le Parti vert, 20 000. Le financement va aussi bon train. Le Parti populaire a déjà récolté presque 338 000 $, et ce, bien que la formation n’ait pas encore le pouvoir de remettre des reçus d’impôt (donnant accès à un remboursement partiel du don par le fisc). En coulisses, on se dit convaincus d’arriver à récolter 3,5 millions de dollars au cours de l’année. À titre de comparaison, le Parti conservateur a amassé 20 millions en 2017, le Parti libéral, 15,7 millions, et le NPD, 4,8 millions.

En août, Maxime Bernier avait dénoncé sur Twitter le « multiculturalisme extrême et le culte de la diversité » pratiqué par le premier ministre Justin Trudeau, qui allaient diviser les Canadiens « en petites tribus qui ont de moins en moins en commun ». Le député beauceron a finalement claqué la porte de sa formation et annoncé à la mi-septembre qu’il fondait son propre parti, dont un des objectifs est d’assurer que l’immigration respecte les valeurs canadiennes.

Or, les organisateurs québécois qu’il recrute proviennent des rangs du parti d’Andrew Scheer. Des membres de sept associations de circonscription ont quitté leurs fonctions pour se joindre à M. Bernier et l’aider à bâtir des structures locales. Dans Saint-Maurice–Champlain, le président conservateur Jacques Grenier est parti, de même que les trois autres personnes qui siégeaient à l’association. M. Grenier avait pourtant été candidat conservateur aux élections de 2011 et 2015.

« Les valeurs de Maxime me rejoignent beaucoup plus que celles du Parti conservateur présentement. Le Parti conservateur, j’ai l’impression qu’il n’y a plus grande différence avec le Parti libéral actuel », explique en entrevue Jacques Grenier. Il donne l’exemple de l’immigration. « L’immigration, ça rentre comme dans un centre d’achat, au Québec. Le fédéral était censé rembourser les millions que ça coûte au Québec et il ne rembourse pas. Et je trouve qu’il ne se fait pas assez de revendications de la part du Parti conservateur. […] C’est comme s’ils ne voulaient pas déplaire. » M. Grenier avait travaillé à la campagne au leadership de M. Bernier en 2017.

Dans Berthier–Maskinongé, la présidente Marie-Claude Godue a démissionné, de même que six autres membres de l’association, incluant le vice-président et l’agent financier. Mme Godue avait été candidate conservatrice aux scrutins de 2006, 2008 et 2011. Elle a aussi travaillé à la campagne à la chefferie de M. Bernier. « Je suis impliquée au Parti conservateur depuis plus de 30 ans. J’ai été l’adjointe ministérielle de Robert-René de Cotret [ministre sous Joe Clark]. » Elle dit aimer la plateforme de M. Bernier, notamment ses visées en immigration et son désir d’éliminer la gestion de l’offre.

Dans Joliette, le président Sylvain Prescott ainsi que l’agente financière Annick Turcotte (qui est aussi sa conjointe) ont abandonné les rangs conservateurs pour grossir ceux de M. Bernier. M. Prescott reproche au Parti conservateur d’être devenu consensuel et de ne plus être à l’écoute du membrariat. « On ne peut pas vraiment dire ce qu’on pense. J’ai une drôle d’impression que oui, ils veulent changer les choses, mais ils ne veulent pas le dire. Moi, ce n’est pas de la politique de même que je veux faire. Je trouve que c’est un peu hypocrite. »

Des membres des associations de Notre-Dame-de-Grâce–Westmount, de Trois-Rivières et de Drummond sont aussi partis, mais Le Devoir n’est pas parvenu à les joindre mardi. Enfin, dans Beauce, la circonscription représentée par Maxime Bernier, la quasi-totalité des membres de l’association de circonscription ont sans surprise suivi leur poulain dans sa nouvelle aventure. Il y a trois semaines, Le Devoir avait révélé que l’ancien député conservateur Luc Harvey était prêt à considérer une candidature pour le parti de Maxime Bernier.

Le Parti populaire se donne comme objectif de se doter de 338 associations de circonscription d’ici la fin de l’année. Déjà, 11 assemblées de fondation sont prévues au cours des prochains jours, principalement en Nouvelle-Écosse et en Ontario. La formation se targue d’adopter une approche « de la base » (grassroots) par laquelle ce sont les citoyens qui s’organisent entre eux pour se donner des instances. Pour s’assurer que le millier de personnes nommées aux postes de président, vice-président, trésorier et secrétaire ne cachent pas de squelettes dans leur placard numérique, les services d’une entreprise privée seront retenus pour passer au peigne fin leurs profils sur les réseaux sociaux. Les candidats devront aussi obtenir de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) une attestation qu’ils ne détiennent pas de casier judiciaire.

1 commentaire
  • Serge Lamarche - Abonné 3 octobre 2018 14 h 42

    Bon départ

    Dans les deux sens du mot, c'est un bon départ. Je suis très content que le parti conservateur issu du Reform Party de l'Alberta ait de la bonne compétition, francophone en plus. Ça risque d'avoir beaucoup plus de mordant que le BQ.