L’ONU dénonce une vague de condamnations à mort en Égypte

Au total, 739 personnes étaient jugées samedi, accusées pour la plupart d’avoir tué des policiers ou d’avoir vandalisé des biens publics en août 2013, lors d’émeutes au Caire.
Photo: Khaled Desouki Agence France-Presse Au total, 739 personnes étaient jugées samedi, accusées pour la plupart d’avoir tué des policiers ou d’avoir vandalisé des biens publics en août 2013, lors d’émeutes au Caire.

L’ONU a dénoncé dimanche la confirmation en appel par la justice égyptienne de la condamnation à mort de 75 personnes, dont des chefs islamistes, appelant à revoir un verdict « injuste ».

« J’espère que la Cour d’appel égyptienne va revoir son verdict de façon à ce que les principes internationaux de justice soient respectés », a déclaré la Haut-Commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme, Michelle Bachelet, dans un communiqué.

« Le fait que les accusés aient vu leurs droits fondamentaux ignorés de manière flagrante fait peser un doute sérieux sur la culpabilité de tous les condamnés », a déclaré Mme Bachelet.

Un tribunal du Caire a confirmé samedi la condamnation à mort de 75 personnes, dont des dirigeants des Frères musulmans, dans l’un des plus grands procès de masse depuis la révolte ayant secoué l’Égypte en 2011 dans le sillage du Printemps arabe.

Au total, 739 personnes étaient jugées samedi, accusées pour la plupart d’avoir tué des policiers ou d’avoir vandalisé des biens publics en août 2013, lors d’émeutes au Caire.

« Les 739 personnes ont été jugées en masse et n’ont pas pu bénéficier d’une représentation légale individuelle devant le tribunal », a souligné la Haut-Commissaire de l’ONU.

« De plus, les accusés n’ont pas eu le droit de présenter des éléments de preuve pour leur défense, et l’accusation ne disposait pas de suffisamment de preuves de leur culpabilité individuelle », a-t-elle ajouté.

« Les 75 condamnations à la peine de mort, si elles étaient appliquées, représenteraient un déni de justice majeur et irréversible », a-t-elle encore déclaré.

Par ailleurs, 47 autres accusés ont été condamnés à la perpétuité, 374 à 15 ans de prison, 22 mineurs à 10 ans de prison, et 215 ont été condamnés à 5 ans de prison.

Le 14 août 2013, un mois après que l’armée a renversé le président islamiste Mohamed Morsi à la faveur de manifestations de masse contre lui, la police avait dispersé une manifestation islamiste sur la place Rabaa al-Adawiya, au Caire.

La répression de ces manifestations « aurait conduit à la mort de près de 900 manifestants, pour la plupart non armés, par des membres des forces de sécurité égyptiennes », a rappelé la Haut-Commissaire.

Pourtant aucun membre des forces de sécurité n’a été inculpé en liaison avec ces événements.

Mme Bachelet a souligné le contraste frappant entre les nombreux procès de masse tenus depuis lors et une loi adoptée en juillet accordant une impunité totale au personnel de sécurité pour les infractions commises après le renversement du gouvernement de Morsi le 3 juillet 2013.

« La justice doit s’appliquer à tous, personne ne devrait en être exempté », a-t-elle insisté. « Les tentatives visant à accorder l’immunité de poursuites pour des crimes qui auraient été commis par des membres des forces de sécurité ne font que promouvoir l’impunité », a-t-elle averti.

Membre des Frères musulmans, Mohamed Morsi avait été élu président en 2012, après la révolte de 2011 qui avait mis fin au régime de Hosni Moubarak.