Hélène Laverdière, du NPD, quitte la politique fédérale

Hélène Laverdière ne sera pas candidate au prochain scrutin fédéral prévu à l’automne 2019.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Hélène Laverdière ne sera pas candidate au prochain scrutin fédéral prévu à l’automne 2019.

Le Nouveau Parti démocratique perd un de ses gros joueurs au Québec. La députée montréalaise Hélène Laverdière — qui avait détrôné Gilles Duceppe en 2011 — quittera la politique fédérale l’an prochain.

L’élue de Laurier–Sainte-Marie ne sera pas candidate au prochain scrutin fédéral, prévu à l’automne 2019, a appris Le Devoir. « La raison est très simple : en 2019, je vais avoir 64 ans. J’ai envie de prendre une pause un peu. Et je trouve que c’est important de laisser la place à d’autres, à du sang neuf », a-t-elle expliqué au Devoir.

Mme Laverdière, qui a fait carrière au ministère des Affaires étrangères, en avait étonné plusieurs en 2011 en se faisant élire dans le bastion bloquiste de Laurier–Sainte-Marie et en y délogeant le chef du parti Gilles Duceppe. L’élue néo-démocrate a répété l’exercice en 2015, en battant à nouveau M. Duceppe avec, une fois de plus, 5000 voix d’avance sur son rival bloquiste.

Les perspectives électorales du NPD sont toutefois bien moins prometteuses cette fois-ci. Le nouveau chef Jagmeet Singh peine à recevoir les appuis de l’électorat, dans les sondages, et le parti a perdu des plumes lors des trois élections partielles tenues au Québec depuis un peu plus d’un an.

Hélène Laverdière nie que cela ait influencé sa décision de quitter la politique fédérale. Elle assure qu’elle appuie toujours le chef — qu’elle avait soutenu lors de la course à la chefferie du parti — et qu’elle a confiance que les choses se redresseront d’ici octobre 2019.

Reste que les récents sondages placent les appuis du NPD autour de 15 % au Québec — soit 10 points de moins que les résultats électoraux de 2015, qui avaient permis aux néo-démocrates de faire élire 16 députés au Québec. Certains prédisent que le parti perdrait la majorité, sinon la quasi-totalité, de ses sièges l’an prochain. Les néo-démocrates rétorquent que la circonscription de Laurier–Sainte-Marie est l’une des plus sûres du parti, tout comme sa voisine, Rosemont–La Petite-Patrie.

Vendredi, le député ontarien David Christopherson annonçait qu’il ne serait pas candidat aux élections de 2019 lui non plus. Il avait été élu en 2004 au fédéral après avoir été ministre et député sur la scène provinciale en Ontario.