Allégations d’inconduite: «Trudeau s’est excusé», dit l’ex-journaliste concernée

L’incident au coeur de cette affaire s’est produit au festival Kokanee Summit en août 2000, auquel M. Trudeau avait assisté.
Photo: Chris Young La Presse canadienne L’incident au coeur de cette affaire s’est produit au festival Kokanee Summit en août 2000, auquel M. Trudeau avait assisté.

Une ancienne journaliste a confirmé, vendredi, que le premier ministre Justin Trudeau lui avait présenté ses excuses un jour après s’être comporté de manière inappropriée à son égard durant un festival de musique en Colombie-Britannique il y a près de 20 ans.

Rose Knight a aussi confirmé qu’elle était la reporter dont faisait mention un éditorial publié il y a 18 ans dans le journal Creston Valley Advance, qui soutenait que la jeune femme avait été « tripotée » par M. Trudeau alors qu’elle couvrait un événement.

Elle a précisé dans une déclaration, qui semble avoir été envoyée par le biais de son compte de courriel, qu’elle n’avait pas porté plainte à l’époque et qu’elle n’avait pas l’intention de le faire aujourd’hui.

« J’ai aimé ma carrière de journaliste, mais elle s’est terminée il y a longtemps. Je n’ai pas publié de déclaration plus tôt par crainte pour ma vie privée et celle de ma famille. Outre cette déclaration, je ne fournirai aucun autre détail ou renseignement. Le débat, s’il se poursuit, continuera sans moi, écrit Mme Knight. L’incident auquel fait référence l’éditorial s’est produit tel qu’il y est décrit. M. Trudeau s’est excusé le jour suivant. »

Elle a ajouté qu’elle n’avait jamais plus été en contact avec Justin Trudeau.

Réaction du premier ministre

Vendredi, le premier ministre a déclaré qu’il respectait la décision de Rose Knight, mais qu’il n’avait pas gardé le même souvenir de leur rencontre.

« Je suis convaincu de ne pas avoir agi de façon inappropriée, mais je crois que ce qu’il faut retenir de tout cela est que les gens peuvent avoir une vision différente de leurs interactions avec les autres », a-t-il expliqué après une annonce à Calgary.

« La leçon que nous devons tirer en cette ère de prise de conscience collective est de respecter et de comprendre le fait que les gens, et dans bien des cas les femmes, ne vivent pas les interactions dans un contexte professionnel ou dans un autre contexte de la même manière que les hommes. »

M. Trudeau doit prendre part samedi à un événement en compagnie du député de Calgary Kent Hehr, qui a perdu son poste au sein du cabinet à la suite d’une enquête portant sur des allégations de comportement inapproprié à l’égard de femmes.

Vendredi, le premier ministre a soutenu que les allégations le concernant étaient différentes de celles formulées contre l’ancien ministre des Sports et des Personnes handicapées.

« Je pense que les gens comprennent que chaque situation est différente et que nous devons réfléchir et prendre au sérieux chaque situation au cas par cas, a indiqué Justin Trudeau. Et c’est exactement ce que nous essayons de faire. »

En août 2000

L’incident au coeur de cette affaire s’est produit au festival Kokanee Summit en août 2000, auquel M. Trudeau avait assisté afin d’accepter un don au nom de la Kokanee Glacier Alpine Campaign.

La famille Trudeau avait créé cette campagne après que le frère cadet de Justin, Michel, eut trouvé la mort durant une avalanche dans le parc provincial du glacier Kokanee en 1998.

L’éditorial anonyme soutient que Justin Trudeau a « touché de manière inappropriée » la journaliste qui couvrait l’événement et s’est plus tard excusé en lui disant : « Si j’avais su que vous travailliez pour un journal national, je n’aurais jamais été aussi direct. »