Doug Ford prend la tête de l’Ontario

Le chef progressiste-conservateur, Doug Ford, serre la main de lieutenante-gouverneure Elizabeth Dowdeswell, vendredi à l'Assemblée législative de l'Ontario.
Photo: Mark Blinch La Presse canadienne Le chef progressiste-conservateur, Doug Ford, serre la main de lieutenante-gouverneure Elizabeth Dowdeswell, vendredi à l'Assemblée législative de l'Ontario.

Le nouveau gouvernement ontarien comptera 20 ministres, en plus du premier ministre, et des portefeuilles clés ont été confiés à l’ancien chef par intérim du parti et aux rivales de Doug Ford pendant la course à la direction du Parti progressiste-conservateur.

M. Ford, qui a mené son parti à une victoire écrasante aux élections provinciales du 7 juin, assumera également le rôle de ministre des Affaires intergouvernementales.

Le portefeuille de la Santé ira à Christine Elliott qui, après des années à titre d’ombudsman de la santé, était revenue à la politique plus tôt cet hiver pour se présenter à la direction du parti ; elle sera également vice-première ministre.

Photo: Mark Blinch La Presse canadienne Les membres du cabinet de Doug Ford, avant d'être assermentés, vendredi

L’avocate et femme d’affaires de Toronto Caroline Mulroney, une recrue en politique qui avait aussi été candidate à la direction du parti, est nommée Procureure générale.

Vic Fedeli, qui avait été chef intérimaire du parti lors du départ de Patrick Brown, occupera le poste de ministre des Finances — il était porte-parole conservateur en matière de finances dans l’opposition.

M. Ford et son cabinet — qui comprend également des députés chevronnés comme Lisa MacLeod et John Yakabuski — ont été assermentés vendredi matin au cours d’une cérémonie à l’Assemblée législative. Le premier ministre tiendra ensuite une deuxième cérémonie publique sur le parvis de la législature, au cours de laquelle il devrait prononcer un discours.

Les conservateurs ont remporté il y a trois semaines une majorité de sièges lors d’un scrutin qui a aussi vu les libéraux rétrogradés à sept sièges et les néo-démocrates propulsés au statut d’opposition officielle.

Doug Ford, un ancien conseiller municipal de Toronto qui a pris les rênes du parti plus tôt cette année, a fait campagne en grande partie sur une promesse de « saine gestion », bien qu’il n’ait pas présenté de cadre financier pour chiffrer son programme.

M. Ford n’a pas encore précisé à quel moment il comptait convoquer l’Assemblée législative, mais il maintient qu’il veut s’atteler rapidement à la tâche — il a d’ailleurs déjà mis en branle plusieurs de ses propositions.

Le chef conservateur a promis de retirer très rapidement l’Ontario du système de plafonnement et d’échange de droits d’émissions de gaz à effet de serre, communément appelé « bourse du carbone ».