Le NPD entame un examen de conscience

Jagmeet Singh a reconnu mardi que son parti a beaucoup de travail à faire d’ici les prochaines élections générales pour reconquérir l’électorat québécois.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Jagmeet Singh a reconnu mardi que son parti a beaucoup de travail à faire d’ici les prochaines élections générales pour reconquérir l’électorat québécois.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, reconnaît que le résultat de son parti à l’élection partielle de lundi soir a été décevant et il promet de « réfléchir » aux moyens de rétablir le contact avec les électeurs. Mais il rejette catégoriquement l’idée que son identité religieuse puisse expliquer la débâcle.

« On est déçu des résultats. C’est évident que ces résultats montrent qu’on a beaucoup de travail à faire, a déclaré M. Singh. Tout est sur la table : regarder nos politiques, notre horaire de tournée au Québec, les enjeux que nous voulons soulever, passer plus de temps au Québec. »

M. Singh est aussi « assurément » ouvert à l’idée de passer une semaine dans une famille québécoise, comme tant d’autres politiciens fédéraux anglophones l’ont fait, pour parfaire son français et s’imprégner de la culture.

Quand une journaliste lui a demandé si son turban pouvait expliquer la froideur de Chicoutimi–Le Fjord à son endroit, M. Singh s’est raidi et a répété sèchement à six reprises « pas du tout », empêchant ainsi une question de relance sur le sujet.

Son lieutenant québécois, Alexandre Boulerice, a abondé dans le même sens. « Ce n’est pas son identité, le problème, c’est plus sa notoriété. » Selon lui, le chef gagnerait à être plus connu.

L’ancien député Alain Giguère, qui milite encore activement au NPD, n’en est pas si convaincu. « Individuellement, M. Singh est quelqu’un d’extrêmement charmant et très sympathique, mais son approche en faveur du multiculturalisme est copiée, sinon accentuée comparativement à celle de Justin Trudeau, et ça ne passe pas. »

Pendant la course à la chefferie, des militants avaient dit craindre qu’un chef portant des symboles religieux ostentatoires ne passe pas la rampe dans un Québec qui a longtemps débattu de laïcité.

Coup de barre nécessaire

Lundi soir, le NPD n’a récolté que 8,7 % des voix exprimées à l’élection partielle, soit moins du tiers des 30 % qu’il avait obtenus en 2015. En 2011, la vague orange s’était emparée de Chicoutimi–Le Fjord.

L’automne dernier, le NPD a aussi vu ses appuis s’effondrer lors de l’élection partielle dans Lac-Saint-Jean. En coulisses, des militants pressent le chef et le parti de donner un important coup de barre, sans quoi il y aura hécatombe en 2019.

« C’est catastrophique, lance un militant qui désire rester dans l’ombre. Le plus inquiétant, c’est que Chicoutimi–Le Fjord est une circonscription qui ressemble à beaucoup de celles que nous détenons au Québec, même celles à Montréal, où il y a beaucoup de francophones. Si on projette les résultats de lundi sur ces autres circonscriptions, c’est très inquiétant. »

Selon cette personne, il faut formuler une offre spécifique pour le Québec, en particulier avec l’élection probable d’un gouvernement caquiste qui pourrait se montrer plus revendicateur face à Ottawa. Un autre militant exhorte le chef à parler d’enjeux concrets qui touchent les gens. M. Singh a reconnu ce besoin.

« Les enjeux que nous soulevons ne percolent pas, ne rejoignent pas les gens », a-t-il dit, tout en rappelant qu’il avait rejoint les Québécois en parlant de la taxation de Netflix et consorts.

Absence québécoise

Une autre préoccupation des militants interrogés par Le Devoir est l'absence dans l'entourage du chef de stratèges ayant de bonnes antennes québécoises. Tous les employés québécois faisant partie du cercle restreint du chef sont partis. Il ne reste que des attachés de presse, un responsable de recherche ou encore des traducteurs, mais aucun n’occupe un poste d'influence.

«C'est super sympathique, des anglophones qui parlent français, mais ça prend plus que ça pour comprendre le Québec», lance une source.

Le chef semble ouvert à cette demande. «On va avoir plus de gens connectés au Québec. C'est une priorité pour moi. C'est quelque chose qu'on va faire», a-t-il dit mardi.

M. Singh a commis quelques impairs vis-à-vis de son caucus québécois. En novembre, deux mois après son arrivée à la tête du NPD, il avait soutenu que le bilinguisme anglais et langue autochtone devrait être considéré comme suffisant pour être nommé juge à la Cour suprême du Canada. La semaine dernière, il s’est désolidarisé du Québec et du Manitoba en soutenant qu’il ne faisait aucun doute qu’Ottawa avait la compétence exclusive pour permettre la culture de la marijuana à domicile.

Selon nos informations, le député Pierre Nantel s’est esquivé lors du vote sur le projet de loi lundi précisément parce qu’il était mal à l’aise qu’Ottawa impose ses vues aux provinces.

Or, son parti votait avec le gouvernement contre l’amendement du Sénat qui aurait permis aux provinces d’interdire la culture personnelle.

Certains médias ont fait état dans les derniers jours de tentatives de la part du Parti libéral du Canada et de Québec debout de courtiser des députés néodémocrates insatisfaits. Karine Trudel a admis avoir été pressentie par la ministre Mélanie Joly, mais avoir indiqué qu’elle resterait au NPD.

« Le problème n’en sera pas un de changement d’affiliation, mais de gens qui ne se représenteront pas en 2019 », prédit plutôt une de nos sources.

Une autre dit craindre que les députés annoncent à la cannonade qu’ils ne se représentent pas, comme le font les députés du PLQ ces jours-ci, et que cela crée un « effet boule de neige » démobilisant.

Plusieurs sources ont indiqué au Devoir au cours des dernières semaines avoir entendu des militants évoquer un changement de chef avant l’élection de 2019. « Des gens en parlent-ils assez ouvertement ? Oui. Mais y a-t-il une équipe en place pour faire un putsch ? Pas à ma connaissance », indique l’une d’elles.

M. Singh a assuré mardi qu’il serait encore en poste pour l’élection.

Avec Marie Vastel
 



Un version précédente de ce texte, qui indiquait que tous les employés québécois au bureau du chef néodémocrate étaient partis et qu'il ne reste qu'un attaché de presse qui ne fait pas partie du cercle restreint de M. Singh, a été modifiée.

Le Bloc a « compris le message »

Le Bloc québécois, qui n’a obtenu que 5,6 % d’appuis dans Chicoutimi–Le Fjord lundi soir, dit avoir compris le message. « L’élection partielle s’est déroulée en pleine crise du Bloc québécois et le message des électeurs a été clair : réglez vos chicanes et ensuite on verra, explique le chef par intérim, Mario Beaulieu. On a bien compris le message et on travaille à réunifier le Bloc québécois, et je suis convaincu qu’une fois que ce sera fait, on pourra revenir plus forts que jamais. »