La Malbaie baigne dans le calme

La sécurité est omniprésente à La Malbaie, à l'approche du G7.
Photo: Alice Chiche Agence France-Presse La sécurité est omniprésente à La Malbaie, à l'approche du G7.

Tout laisse croire que la population de Charlevoix ne sortira pas en masse manifester contre le G7 cette fin de semaine, d’autant plus que les principaux groupes sociaux présents dans le secteur annoncent déjà qu’ils resteront à la maison.

Le Mouvement Action Chômage Charlevoix a de nombreux griefs à l’endroit du gouvernement Trudeau. En janvier, ses membres ont même occupé le bureau du ministre Jean-Yves Duclos, à Québec, pour dénoncer les faibles prestations offertes aux travailleurs saisonniers. Mais aucune manifestation n’est au programme en fin de semaine, explique la directrice Julie Brassard. « C’est sûr qu’on ne manifestera pas, parce que la plupart des travailleurs saisonniers sont au travail », explique-t-elle.

Priée de dire si des groupes de son réseau en avaient l’intention, elle a dit n’avoir « rien vu passer ». « Les mesures de sécurité sont tellement imposantes que je serais surprise qu’il y en ait une manifestation. En tout cas pas de Charlevoix. »

Au Centre-Femmes aux Plurielles, on tient sensiblement le même discours. L’organisme a organisé une « action citoyenne » près de la clôture la fin de semaine dernière et ce sera tout.

« On a posé notre action et ça va se limiter à ça », explique la porte-parole Anne-Marie Leroux.

Pourquoi ne pas avoir organisé quelque chose durant l’événement ? « Il y avait beaucoup d’inquiétude. Il y a beaucoup de sécurité », explique-t-elle avant d’ajouter que les critiques du G7 se sentent un peu minoritaires dans le coin. « Le micro est beaucoup laissé aussi aux citoyens qui disent que ça ne dérange pas », dit-elle. Enfin, elle n’a pas non plus eu vent d’autres groupes locaux qui se prépareraient à manifester.

Sur place, il n’y a d’ailleurs aucune trace d’opposition populaire à l’événement. Pas d’affiche « Non au G7 » sur les terrains ou dans les lieux publics. Selon le maire Michel Couturier, la population n’a rien contre le G7. « Les gens vivent une expérience, dit-il. Ils côtoient les gens de la SQ, de la GRC, ils voient les équipements, tout le monde est courtois, alors il y a beaucoup d’interactions dans la communauté. C’est un événement que les gens apprécient. »

Par ailleurs, l’un des rares groupes québécois à avoir annoncé qu’ils manifesteraient samedi est un groupe identitaire « antimondialiste » du nom de Québec libre en action. Ses membres proviendraient toutefois de l’extérieur de la région.