Israël au coeur d’une querelle à Ottawa

Le Dr Loubani en 2015 à Gaza. Spécialiste de l'impression 3D d’équipement médical, il porte à son cou un stéthoscope de sa fabrication. M. Loubani aurait été blessé par un tireur d'élite israélien.
Photo: Khalil Hamra Associated Press Le Dr Loubani en 2015 à Gaza. Spécialiste de l'impression 3D d’équipement médical, il porte à son cou un stéthoscope de sa fabrication. M. Loubani aurait été blessé par un tireur d'élite israélien.

Le gouvernement de Justin Trudeau accuse les conservateurs d’Andrew Scheer d’instrumentaliser le conflit israélo-palestinien à des fins partisanes.

Alors que le premier ministre continue d’exiger d’Israël des explications concernant le médecin canadien qui a été atteint par balle à Gaza la semaine dernière, les troupes d’Andrew Scheer laissent entendre que Tarek Loubani a peut-être un peu cherché ce qui lui est arrivé.

« Le seul désaccord entre nous et les conservateurs en ce qui concerne Israël, c’est que nous ne croyons pas que cela devrait être utilisé au Canada comme un enjeu partisan », a lancé Justin Trudeau à la période de questions. « La politisation de la question israélienne à laquelle ils s’adonnent est honteuse et contre-productive. »

Ottawa tente de savoir comment un citoyen canadien, qui portait une tenue médicale verte et était entouré de personnel médical portant des vestes orange, a pu être touché par un tireur d’élite israélien lors des affrontements suscités par le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Israël a annoncé qu’il ferait enquête sur les événements. Le Canada n’écarte pas d’y participer, mais demande aussi la tenue d’une enquête indépendante internationale. Or, les conservateurs ne se montrent pas solidaires de cette demande.

Reproche de Scheer

Le chef conservateur, Andrew Scheer, reproche plutôt au premier ministre d’avoir critiqué Israël tout en passant sous silence l’orchestration des violents affrontements par le Hamas.

« Le premier ministre a politisé cet enjeu en ne condamnant pas le Hamas », a rétorqué M. Scheer.

M. Scheer, qui ne s’adresse pas souvent aux médias, ne s’est pas prononcé sur la tenue d’une enquête indépendante autrement que pour dire qu’il « est important d’avoir les réponses autour de ces questions ». Mais son critique en matière d’affaires étrangères, Erin O’Toole, a indiqué qu’elle n’était pas « nécessaire à ce moment-ci ».

M. O’Toole a laissé entendre que M. Loubani était peut-être responsable de son sort. « Le Dr Loubani est très actif. Vous savez, il est allé en Égypte il y a quelques années et y a connu des difficultés. Alors, il sait certainement qu’il y a certains risques entourant les choses dans lesquelles il s’engage, pour lesquelles il se passionne. »

Selon lui, il n’y a aucune preuve que ce sont des tireurs d’élite qui ont blessé le médecin canadien.

Le Dr Loubani se spécialise dans l’impression en trois dimensions d’équipement médical. Il était dans la région pour tester un garrot imprimé servant à stopper les hémorragies découlant de blessures par balle. Il a déclaré avoir été atteint alors qu’il se trouvait à 25 mètres des affrontements et que ne régnait aucune confusion sur le terrain. Dix-neuf membres du personnel médical ont été blessés ou tués.

En entrevue avec le Globe and Mail mercredi, le Dr Loubani a indiqué que « ce serait une perte de temps et de bénéfices politiques que de mener une enquête alors qu’on a déjà une pléiade d’enquêtes démontrant toutes sortes de comportements problématiques de la part des Israéliens ».

Selon lui, il serait plus productif de « demander des solutions concrètes pour améliorer la vie des Palestiniens ». Il a indiqué qu’il collaborerait à l’enquête israélienne même s’il pense que « les conclusions ne seront pas crédibles ».