La saignée se poursuit au Bloc québécois

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, vient de perdre la vice-présidente du parti, Kédina Fleury-Samson, qui a choisi de démissionner plutôt que de défendre des positions contraires à ses convictions.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, vient de perdre la vice-présidente du parti, Kédina Fleury-Samson, qui a choisi de démissionner plutôt que de défendre des positions contraires à ses convictions.

Le conseil général du Bloc québécois de cette fin de semaine n’a rien réglé. Au contraire. Non seulement Mario Beaulieu s’interroge sur son avenir au sein du parti, mais la vice-présidente, Kédina Fleury-Samson, confirme au Devoir qu’elle quitte ses fonctions. Et les sept députés démissionnaires s’apprêtent à claquer la porte du parti pour de bon.

Les débats étaient houleux au conseil général de Drummondville et les votes, qui ont scellé le sort du référendum souhaité par Martine Ouellet, très serrés. Dans le lot de ceux qui ne partageaient pas les décisions des délégués se trouve la vice-présidente du parti. Celle-ci estime qu’elle ne peut plus remplir ses fonctions si elle est en porte à faux avec les positions qu’elle aurait à défendre dans son rôle au sein de l’exécutif du Bloc.

« Évidemment, si mes positions dans l’instance que je préside sont minoritaires, c’est difficile d’en arriver à porter la voix du groupe. Je ne peux pas être porte-parole si je représente la minorité », a expliqué Kédina Fleury-Samson au Devoir lundi. « Dans un contexte politique, la solidarité et le ralliement sont impératifs pour garder une discipline. Tu te rallies ou tu pars. »

Mme Fleury-Samson a choisi la seconde option et en a avisé la chef, Martine Ouellet, de même que le bureau national du parti lundi après-midi.

La vice-présidente du Bloc était restée discrète depuis l’éclatement de la crise, il y a deux mois. Justement, son absence lors de certaines annonces du Bloc n’était pas anodine, admet-elle. « Il y a eu des sorties publiques. Je n’étais pas présente, parce que je n’appuyais pas ce qui était annoncé. » Elle n’était donc pas aux côtés de l’exécutif du Bloc québécois lorsqu’il a confirmé la tenue d’un référendum à deux volets — avec une question sur le mandat du parti et une autre qui consisterait en un vote de confiance à l’endroit de la chef. La proposition de plateforme du parti a aussi été présentée sans elle — et appuyée par les délégués bloquistes dimanche. « La séquence n’est pas cohérente », estime Mme Fleury-Samson, car la réflexion sur le mandat du parti se fera alors que la proposition de plateforme électorale a déjà été adoptée.

Mais ce qui l’a surtout dérangée, dimanche, c’est que le conseil général décide de permettre à la permanence du Bloc de prendre part au référendum et d’injecter des fonds pour l’encadrer. Ce qui inquiétait certains bloquistes, qui craignaient de voir les instances s’en mêler pour aider Martine Ouellet. « C’est évident ! Il faut que les instances soient neutres ! » martèle Mme Fleury-Samson.

Mario Beaulieu réfléchit

La vice-présidente cachait mal sa consternation à la suite du conseil général, dimanche après-midi.

Mario Beaulieu était tout aussi découragé. Il a refusé de confirmer s’il resterait président du Bloc et membre du caucus de Martine Ouellet. Et il a pour une première fois affirmé publiquement qu’il n’avait « plus confiance en Mme Ouellet ».

M. Beaulieu n’était pas à Ottawa lundi. Il s’est enfermé dans son mutisme, préférant prendre un peu de recul pendant deux ou trois jours, a indiqué son adjoint. Le Forum jeunesse du Bloc québécois — dont plusieurs membres ont rejoint le parti avec M. Beaulieu — l’a supplié de ne pas partir. « Nous avons été ses premiers appuis lorsqu’il s’est lancé à la chefferie du Bloc et nous serons les derniers, s’il le faut », a plaidé la présidente, Camille Goyette-Gingras.

La chef, quant à elle, lui a une fois de plus tendu la main. Martine Ouellet a affirmé avoir échangé des textos avec son ancien bras droit lundi. « Je lui ai dit que je souhaitais qu’il reste à l’intérieur du Bloc québécois, qu’il se rallie à la décision du conseil général, a-t-elle relaté au parlement. Moi, je pense que c’est encore possible. »

« C’est fini », disent les sept

Les bloquistes sont cependant sortis du conseil général de dimanche fort divisés. M. Beaulieu et Mme Fleury-Samson n’étaient pas les seuls à s’interroger sur leur avenir au Bloc. Quelques délégués ont fait le même aveu aux journalistes.

Les sept députés démissionnaires ont quant à eux décidé qu’ils coupaient les ponts définitivement avec leur ancien parti. Ils en feront l’annonce lors d’un point de presse mardi matin, organisé « pour faire le point sur leur situation politique ».

« On ne peut plus vivre d’espoir. C’est fini », confiait une source au Devoir lundi. « Je n’aurais jamais retravaillé avec Martine Ouellet. Jamais. Jamais », tranchait de son côté Simon Marcil, au micro de TVA.

Dimanche, Martine Ouellet leur avait reproché, dans son discours, d’être la source de la crise qui déchire le Bloc et qui le fait couler dans les sondages. Elle avait malgré tout conclu en leur tendant la main, en vue d’un éventuel retour. Une invitation qu’elle leur a de nouveau lancée lundi.

Mais ses propos ont enragé le démissionnaire Michel Boudrias. « Hier, on a subi un procès d’accusations sur la place publique, de tirs nourris, pour ensuite se faire tendre la main pour un retour. Est-ce qu’il y a un être humain normalement sensé qui retournerait dans des conditions comme celles-là ? Je pense que personne dans les dissidents dont je fais partie ne souffre du syndrome de Stockholm. »

M. Boudrias et ses collègues avaient préparé une première sortie publique il y a deux semaines pour annoncer qu’ils ne reviendraient pas au Bloc québécois. L’ancien chef Gilles Duceppe leur avait cependant conseillé d’attendre que les membres se prononcent sur le sort de la chef, au conseil général de cette fin de semaine.

Le verdict est tombé. Le référendum de la chef est resté inchangé : une question sur le mandat du parti et un vote de confiance, et il sera mené les 1er et 2 juin.

« Je comprends que des gens se disent que ça s’éternise, ça s’éternise, et que, rendu en juin, il sera rendu trop tard. Les élections fédérales arriveront, l’été arrive, il y aura les élections au Québec. On n’aura plus le temps de se préparer », observe Gilles Duceppe.

L’ancien chef s’inquiète pour le parti qu’il a dirigé pendant près de 15 ans. « Je trouve ça triste. Je ne vois pas comment ils peuvent s’en sortir tant que Mme Ouellet sera là. »

Kédina Fleury-Samson n’a pas voulu se prononcer personnellement sur la place de Martine Ouellet à la tête du Bloc. « Les militants ont choisi. Le parti a choisi », a-t-elle simplement observé, au lendemain du conseil général mouvementé de Drummondville.

À voir en vidéo