Pourquoi les partis échappent-ils aux lois sur les renseignements personnels?

La firme britannique Cambridge Analytica aurait obtenu de façon inappropriée les données privées d’utilisateurs de Facebook afin de les utiliser pour soutenir la campagne présidentielle de Donald Trump.
Photo: Eraldo Peres Associated Press La firme britannique Cambridge Analytica aurait obtenu de façon inappropriée les données privées d’utilisateurs de Facebook afin de les utiliser pour soutenir la campagne présidentielle de Donald Trump.

Ottawa — Le commissaire à la protection de la vie privée du Canada estime que l’intégrité du processus électoral est menacée lorsque les partis politiques ne sont pas assujettis aux lois qui encadrent l’utilisation et la gestion des renseignements personnels des citoyens.

Dans une entrevue à La Presse canadienne, Daniel Therrien estime qu’il s’agit là d’une lacune importante dans la loi canadienne. Il soutient que les partis politiques devraient être eux aussi soumis aux lois qui régissent l’utilisation des renseignements personnels, afin de prévenir toute manipulation de l’information dans le but d’influencer le vote.

Le bureau de M. Therrien a ouvert son enquête sur les allégations d’un lanceur d’alerte canadien concernant le détournement de renseignements personnels.

Christopher Wylie a soutenu dans différents médias que la firme britannique Cambridge Analytica avait obtenu de façon inappropriée les données privées d’utilisateurs de Facebook afin de les utiliser pour soutenir la campagne présidentielle de Donald Trump aux États-Unis et la campagne du « Brexit » au Royaume-Uni. Les renseignements personnels des usagers Facebook permettaient de brosser le portrait de ces électeurs afin de pouvoir influencer leur vote.

Selon M. Therrien, les événements de cette semaine démontrent à quel point des mesures de protection inadéquates peuvent avoir des effets importants non seulement dans le secteur du marketing mais aussi dans le processus démocratique.

M. Therrien a rappelé que des membres de son bureau doivent rencontrer des représentants de Facebook au cours des prochains jours afin de déterminer si des données d’usagers canadiens ont été récoltées. Si c’est le cas, le Commissariat à la protection de la vie privée déterminera si Facebook a respecté la loi canadienne.

Par ailleurs, le Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique a décidé à l’unanimité, jeudi, de convoquer à Ottawa Christopher Wylie, des responsables de Facebook et le Commissaire à la protection de la vie privée.