Nouvelle fissure au Bloc québécois?

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, et le président du parti, Mario Beaulieu, marchaient main dans la main il y a peu de temps encore. Mais l’appui du député Beaulieu à la chef est beaucoup plus timide aujourd’hui.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, et le président du parti, Mario Beaulieu, marchaient main dans la main il y a peu de temps encore. Mais l’appui du député Beaulieu à la chef est beaucoup plus timide aujourd’hui.

Allié de la première heure de Martine Ouellet, Mario Beaulieu s’apprête-t-il à l’abandonner ? Le député bloquiste était visiblement mal à l’aise jeudi, et il n’a réitéré que du bout des lèvres sa confiance envers sa chef.

Lorsque les journalistes lui ont demandé si Martine Ouellet avait toujours son appui, M. Beaulieu n’a pas voulu répondre « à tout ce qui touche la crise » qui secoue le Bloc québécois. Il a fallu que les journalistes insistent pour qu’il revienne au micro étoffer sa réponse et avancer finalement que ses « positions sont connues ». Ont-elles changé, avec les événements des dernières semaines ? « N’ont pas changé », s’est-il contenté de répliquer, avant de tourner les talons et de fuir les caméras.

Mario Beaulieu fait partie de ceux qui ont recruté l’élue péquiste à Québec pour qu’elle vienne diriger le Bloc québécois à Ottawa.

Or, lundi, lorsque la chef a annoncé au Parlement fédéral qu’elle se soumettrait finalement à un vote de confiance devancé, M. Beaulieu n’était pas à ses côtés. Seuls les deux autres députés restés loyaux à la chef, Marilène Gill et Xavier Barsalou-Duval, l’ont accompagnée.

La semaine dernière, certains exécutifs bloquistes de circonscription mécontents avaient commencé à s’organiser pour forcer la tenue d’un vote de confiance devancé, visant non seulement la chef Martine Ouellet, mais aussi le président du parti, Mario Beaulieu. Selon l’analyse de certains militants à qui Le Devoir a parlé, ce serait Mario Beaulieu qui aurait convaincu Mme Ouellet d’accepter un tel vote de confiance dans le but de calmer le jeu et de faire du même coup l’économie d’un vote le visant lui-même. « Je pense que Mario est en train de larguer Martine », observait une source mercredi.

La stratégie semble avoir fonctionné. Vendredi, le groupe d’insatisfaits tiendra une conférence de presse à Trois-Rivières.

Selon les informations recueillies par Le Devoir, 29 associations de circonscription demanderont que le vote de confiance visant la chef se tienne avant le 15 mai prochain et que la question ne soit pas alambiquée. Environ la moitié de ces exécutifs (entre 12 et 20, selon nos informations) remettent aussi en question le rôle de M. Beaulieu à la tête du Bloc québécois. Mais dans un souci de ne pas brûler les étapes, on concentrera les critiques sur la chef, dit-on en coulisses.

Au cours des derniers jours, le chef de cabinet de Martine Ouellet aurait aussi quitté ses fonctions, selon nos sources. Mathias Boulianne avait été « prêté » par le bureau de Mario Beaulieu afin de soutenir Mme Ouellet, depuis juin dernier. Il aurait demandé à revenir dans l’équipe directe du député Beaulieu, M. Boulianne préférant lui aussi s’éviter les contrecoups de la crise qui frappe Martine Ouellet, analyse-t-on en coulisses. L’employé politique n’a pas rappelé Le Devoir jeudi.

Mise en demeure critiquée

Martine Ouellet n’a pas voulu commenter jeudi la mise en demeure qu’elle a adressée aux panélistes de l’émission La joute, à qui elle reproche d’avoir tenu des propos qui l’ont blessée, ainsi que sa famille, comme le rapportait Le Devoir jeudi. La menace de poursuite serait une « démarche personnelle » de la chef — le Bloc québécois ne paierait pas les honoraires de son avocat, Guy Bertrand, selon son entourage.

Les deux autres alliés de Mme Ouellet au caucus bloquiste, Marilène Gill et Xavier Barsalou-Duval, n’ont pas non plus souhaité discuter de sa menace de poursuite. Mais M. Barsalou-Duval a affirmé qu’il demeurait « tout à fait en appui à Mme Ouellet. C’est pour ça que je suis allé la chercher : pour sa crédibilité, pour sa profonde connaissance des dossiers. Je suis tout à fait derrière elle », a-t-il assuré au Devoir.

Certains des sept députés démissionnaires n’ont cependant pas été aussi tendres à son endroit. Monique Pauzé a déploré une « décision malheureuse de sa part ». « Mme Ouellet n’était pas capable de nous rassembler. On ne peut pas faire des débats avec quelqu’un qui a toujours raison. Et là, elle agit — et cette fois à la face du Québec — de la même façon qu’avec nous », a critiqué Mme Pauzé.

Son collègue Michel Boudrias juge le geste de Mme Ouellet « absurde ». « Le quatrième pouvoir — autant que la politique — est essentiel, qu’on soit d’accord ou non. Je trouve ça absurde. »

Rhéal Fortin abondait dans son sens. « Ce n’est pas la façon de gérer nos relations avec les médias. C’est normal qu’on ne soit pas toujours contents des commentaires à notre sujet dans les médias. C’est le risque qu’on prend quand on décide d’avoir une vie publique. »

À voir en vidéo