Bloc: les appuis à Martine Ouellet auraient été exagérés

Martine Ouellet
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Martine Ouellet

Les appuis à Martine Ouellet n’ont peut-être pas autant de poids que ce qui est clamé. Le Bloc québécois a beau s’être vanté que 30 associations de circonscriptions soutenaient la chef, des vérifications faites par Le Devoir ont permis de constater que plusieurs de ces appuis étaient personnels et n’engageaient pas l’exécutif de la circonscription en entier. Dans au moins un cas, un président d’association bloquiste a carrément demandé au parti de retirer son nom.

Une semaine après la démission fracassante de sept des dix députés bloquistes, les instances du Bloc québécois ont diffusé une lettre d’appui à la chef Martine Ouellet. Or, trois des signataires ont confirmé au Devoir qu’ils avaient entériné la missive uniquement en leur nom personnel.

À Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, l’exécutif a adopté de façon unanime une motion réclamant un vote de confiance d’ici juin si Martine Ouellet et les sept députés qui l’ont désavouée ne parviennent pas à se réconcilier.

Pourtant, le président Olivier Pouliot-Audet figure parmi les signataires de la lettre de soutien à la chef. « Il a fait une gaffe — c’est-à-dire qu’il a donné son appui avant de consulter son exécutif », explique Gaston Cadrin, qui siège au sein de l’exécutif bloquiste de la circonscription de la région de Québec.

« Ma signature était plus personnelle. Ce n’était pas une signature qui représentait l’exécutif », confirme M. Pouliot-Audet au Devoir. « J’ai demandé au bureau national, après la parution de la lettre, de retirer mon nom », confie-t-il en entrevue. Le parti n’a cependant pas encore envoyé de rectificatif aux journalistes qui ont reçu la lettre d’appui la semaine dernière.

Olivier Pouliot-Audet trouve « dommage » que l’envoi du Bloc québécois n’ait pas indiqué plus clairement les présidents qui s’étaient exprimés en leur propre nom. « Parce qu’il y a quelques présidents qui ont signé ça à titre personnel aussi, sans nécessairement consulter leur exécutif », relate-t-il.

C’est le cas de Christian Rivard, de l’association bloquiste d’Abitibi-Témiscamingue. « Je l’ai signée [la lettre d’appui] à titre de président, mais on n’était pas tenus de consulter les membres », a-t-il indiqué au Devoir mercredi. L’exécutif de la circonscription a été dissous après l’élection de 2015 et est en voie de reconstruction. Deux des membres — qui n’ont pas encore été élus au conseil exécutif — auraient donné leur accord à l’appui de M. Rivard à la chef. Mais le président admet qu’une autre membre de l’exécutif « semblait avoir des réserves » — une information corroborée par une source du Devoir.

Les bloquistes de Laurentides-Labelle ont quant à eux convenu de rester neutres dans cette crise qui secoue le Bloc québécois. Mais le nom du président de leur exécutif, Frédéric Labrie, figure lui aussi parmi les signataires de la lettre de soutien à Martine Ouellet. « Je l’ai signée personnellement, pas au nom du comté », a-t-il affirmé à son tour au Devoir. M. Labrie s’était lui-même dit derrière la chef, la semaine dernière, mais il avait reconnu que son exécutif était très divisé, d’où son désir de rester neutre. « On est toujours aussi divisés », a réitéré M. Labrie mercredi.

Des appuis d’alliés camouflés ?

La missive distribuée par le Bloc québécois pour calmer la crise avait pourtant été présentée par l’un de ses employés comme une lettre « que des circonscriptions ont fait parvenir au bureau national pour exprimer leur appui à la chef Martine Ouellet ».

En réalité, Christian Rivard rapporte que « c’est le bureau national directement » qui lui a envoyé la lettre par courriel. L’envoi provenait d’un président de circonscription qu’il n’a pas voulu nommer, et le président du parti et député — et fidèle allié de Martine Ouellet — Mario Beaulieu était en copie conforme. Olivier Pouliot-Audet a quant à lui été invité par téléphone par un président de circonscription à signer la lettre.

Certains membres d’exécutifs bloquistes notent que, parmi les circonscriptions signataires, certaines ont vu leur association démantelée à la suite de l’élection de 2015 et auraient été prises en charge, selon eux, par le bureau national —sorte d’exécutif du parti.

Une source du Devoir fait remarquer que Christian Rivard, d’Abitibi-Témiscamingue, a été président intérimaire du Mouvement Québec français — qu’a présidé Mario Beaulieu. Frédéric Labrie, de Laurentides-Labelle, est de son côté un ancien de la Société Saint-Jean-Baptiste — qu’a présidée aussi Mario Beaulieu.

Cinq autres présidents de circonscription signataires de la lettre de soutien à Martine Ouellet ont confirmé au Devoir qu’ils l’avaient fait avec l’appui de leur conseil exécutif — ceux de Manicouagan, de Shefford, de Longueuil–Saint-Hubert, de LaSalle-Émard-Verdun et de Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères.

Julien Valois-Francoeur, de LaSalle, est membre du bureau national. Jean-Marc Duval, de Pierre-Boucher, est le père du député local Xavier Barsalou-Duval (lui aussi un allié de Martine Ouellet).

 

Depuis que sept des dix députés bloquistes ont claqué la porte du caucus, en désaveu à la chef, douze associations bloquistes ont réclamé la démission de Martine Ouellet ou que soit devancé un vote de confiance à son endroit. Le prochain congrès national du Bloc québécois — où se tiendra un vote de confiance — est prévu au printemps 2019. Certains exécutifs réclament qu’il se tienne dès ce printemps ou à l’automne.

Lucien Bouchard «très découragé»

L’ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard, fondateur du Bloc québécois, se dit «très découragé» de voir ce qui se passe présentement au Bloc.


M. Bouchard, qui s’était abstenu jusqu’ici de commenter la crise vécue par le Bloc québécois, a brièvement accepté de commenter la situation, jeudi, lorsque La Presse canadienne l’a interrogé à ce sujet, à l’issue de la conférence de presse de la Fédération des médecins spécialistes, à laquelle il participait à titre de conseiller spécial de la FMSQ pour ce dossier.
 

Il s’est d’abord fait hésitant, avant de se laisser tenter, lui qui a fondé ce parti aujourd’hui en crise: «d’accord, je vais en faire un commentaire, un», a-t-il lancé.
 

«Quand on a été le fondateur du Bloc, qu’on sait ce que le Bloc a réussi à faire, avec ses réussites, avec ses échecs, et qu’on regarde ce qui se passe présentement, on est très découragé», a-t-il lancé.

Lia Lévesque



À voir en vidéo