L’opposition tombe sur Justin Trudeau à son retour d’Inde

Le premier ministre Justin Trudeau
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le premier ministre Justin Trudeau

Les partis d’opposition attendaient Justin Trudeau de pied ferme, lundi, impatients d’obtenir des clarifications sur certains aspects controversés de sa visite officielle en Inde.

Le premier ministre, qui est rentré au pays dimanche, n’était toutefois pas à la Chambre des communes pour faire face au barrage de questions lui étant destiné.

Il s’est accordé une journée « personnelle », selon son agenda, après un long voyage en Inde, qui n’a pas été de tout repos.

Dans les banquettes de l’opposition, on a néanmoins sonné la charge, multipliant les reproches au sujet de la houleuse mission indienne, qualifiée de « voyage de luxe » ou de « voyage familial ».

Le député Pierre Paul-Hus a soutenu que ce voyage avait été une autre occasion de constater l’« affection » du premier ministre « pour les terroristes ».

Il parlait de la présence de Jaspal Atwal, un extrémiste sikh reconnu coupable de tentative de meurtre contre un ministre indien en Colombie-Britannique, à une réception canadienne.

L’homme condamné en 1986 s’était taillé une place sur la liste d’invités. Il en a rajouté en affirmant dimanche à La Presse canadienne qu’il était un ami de Justin Trudeau.

Cette affirmation a été catégoriquement démentie par un porte-parole du premier ministre, Cameron Ahmad. « Ce n’est pas vrai. […] Ils ne sont pas amis », a-t-il tranché dimanche.

Le député Paul-Hus avait demandé vendredi dernier de convoquer une réunion d’urgence d’un comité parlementaire pour tenter de savoir comment l’invité indésirable a pu passer entre les mailles du filet de sécurité.

La démarche conservatrice a avorté, le Nouveau Parti démocratique (NPD) ne l’ayant pas appuyée. Le député qui siège au comité, Matthew Dubé, a laissé entendre lundi qu’elle relevait de l’esbroufe, car la motion aurait pu être discutée lors de la réunion du comité, jeudi prochain.

Et si une motion visant à aller au fond des choses est déposée, il est disposé à l’étudier — car sur le fond, le député s’est dit préoccupé par certains des invités qui ont été reçus récemment par le premier ministre, citant le cas de l’ancien otage canadien en Afghanistan Joshua Boyle.

Les néodémocrates s’entendent aussi avec leurs collègues conservateurs sur un autre point : Justin Trudeau aurait dû se présenter en Chambre dès lundi afin de répondre aux questions sur ce périple qui a fait les manchettes à l’international — et pas toujours pour les bonnes raisons.

« Je suis certaine que le premier ministre est heureux d’être rentré de son voyage en Inde. Il est certain que les Canadiens commençaient à être fatigués de lire les articles négatifs dans les médias internationaux », a ironisé la députée Hélène Laverdière.

C’est la ministre des Sciences, Kirsty Duncan, qui faisait partie de la délégation canadienne en Inde, qui lui a donné la réplique. « Il est décevant de constater que l’opposition n’arrive pas à reconnaître l’importance de la relation entre le Canada et l’Inde », a-t-elle dit.