Catherine McKenna photographiée avec un tablier de la pétrolière Enbridge

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, en compagnie de Jim Sanders, président d’Enbridge Gas Distribution (au centre), lors du déjeuner annuel Enbridge du Bal de neige d’Ottawa, au début février
Photo: Facebook La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, en compagnie de Jim Sanders, président d’Enbridge Gas Distribution (au centre), lors du déjeuner annuel Enbridge du Bal de neige d’Ottawa, au début février

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, a participé au début du mois à un petit-déjeuner de crêpes commandité par la pétrolière Enbridge, tout en portant un tablier sur lequel figurait le logo de l’entreprise impliquée dans l’industrie des pipelines et des sables bitumineux.
 

Sur une photo diffusée sur la page Facebook officielle de Catherine McKenna, on peut voir la ministre en train de servir des crêpes, dans le cadre du « déjeuner » annuel Enbridge du Bal de neige d’Ottawa, un événement annuel populaire de la capitale fédérale.
 

Mme McKenna, qui porte un tablier avec le logo de la pétrolière albertaine, distribue des assiettes aux participants en compagnie de Jim Sanders, président d’Enbridge Gas Distribution. Ce dernier porte d’ailleurs le même tablier que la ministre.
 

Des critiques

 

La photo, qui a été partagée par plusieurs militants écologistes, a suscité des commentaires très critiques à l’endroit de la ministre canadienne de l’Environnement et du changement climatique. Certains y voient un appui à l’industrie pétrolière, ou plus directement à Enbridge, une multinationale qui exploite un important réseau de pipelines et de gazoducs au pays.
 

« Cet écart de conduite s’inscrit dans la lignée des décisions du gouvernement Trudeau, qui a approuvé les projets de pipelines d’Enbridge et de Kinder Morgan et qui veut imposer ce dernier malgré l’opposition de la Colombie-Britannique et des Premières Nations. Ce gouvernement est tellement collé sur les pétrolières qu’il ne voit même plus de problèmes à ce que sa ministre de l’Environnement fasse une infopub pour des pipelines », a dénoncé le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin.
 

Depuis son élection, le gouvernement Trudeau a approuvé un important projet de l’entreprise. Il s’agit de l’expansion de la « Ligne 3 », un pipeline qui doit permettre d’exporter chaque jour 760 000 barils de pétrole provenant des sables bitumineux vers les États-Unis.
 

Invité à réagir, le cabinet de Catherine McKenna n’a pas souhaité commenter les critiques formulées par certains internautes, à la suite de la publication de la photo sur Facebook. Son attachée de presse, Marie-Pascale Des Rosiers, a simplement rappelé que la ministre était présentée au déjeuner commandité Enbridge en tant que « députée » dans la région d’Ottawa. Elle a aussi indiqué qu’il s’agit d’un événement annuel qui existe depuis déjà 14 ans.
 

« Erreur de jugement »

Professeur titulaire au département de science politique de l’Université Laval, Thierry Giasson estime toutefois que le fait de porter un tablier marqué du logo d’Enbridge constitue une « erreur de jugement » de la part de la ministre de l’Environnement. « Il aurait été plus judicieux pour elle de ne pas porter ce tablier », a-t-il ajouté, surtout qu’« elle est très identifiée à la lutte contre les changements climatiques sur la scène internationale ».
 

M. Giasson croit cependant que ce faux pas ne devrait pas être très nuisible pour la réputation de la ministre. « Les risques de dommages sérieux à sa réputation sont assez minimes, selon moi. Elle commet rarement des impairs, alors que c’est l’une des porte-paroles les plus visibles du gouvernement et qu’elle est très active sur les médias sociaux. »