La vraie nature de Jordan Peterson, voix controversée du conservatisme canadien

Jordan Peterson est populaire : son dernier livre fait partie des dix meilleures ventes aux États-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada.
Photo: Jason Franson La Presse canadienne Jordan Peterson est populaire : son dernier livre fait partie des dix meilleures ventes aux États-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada.

Il serait tentant d’écarter Jordan Peterson du revers de la main en le cataloguant comme un vulgaire réactionnaire. Après tout, ce professeur de psychologie prône une éducation structurée des enfants pouvant aller jusqu’à la correction physique, il refuse d’utiliser des pronoms inventés pour satisfaire les transgenres et il démolit la théorie de l’oppression. Pourtant, son tout récent livre 12 Rules for Life: An Antidote to Chaos est en voie de devenir un succès mondial. Loin d’être en retard sur toutes les causes qui passionnent le XXIe siècle, Jordan Peterson se voit comme le contrepoids nécessaire d’une bien-pensance qui va trop loin.

Jordan Peterson a commencé à faire parler de lui à l’automne 2016, lorsqu’il a averti ses étudiants de l’Université de Toronto qu’il refuserait d’utiliser des pronoms inventés tels que « ze » ou « zher » en lieu et place des équivalents sexués « he » ou « she ». Des manifestations ont été organisées. L’université lui a envoyé deux lettres demandant qu’il cesse de prendre publiquement la parole sur le sujet. En vain.

M. Peterson a multiplié les entrevues et les lettres ouvertes, faisant valoir qu’il y a une différence entre interdire l’utilisation de mots dénigrants et obliger l’utilisation d’un langage militant que le locuteur ne cautionne pas. C’est à ce titre qu’il s’est opposé au projet de loi C-16 interdisant la discrimination sur la base de l’identité des genres.

D’un coup, M. Peterson est devenu le paratonnerre du mouvement transgenre. Une chargée de cours de l’université ontarienne Wilfrid Laurier l’a appris à ses dépens en novembre dernier. Dans sa classe portant sur l’impact de la grammaire sur notre vision du monde, Lindsay Shepherd a eu le malheur de projeter un segment d’une émission d’affaires publiques de TVO dans lequel M. Peterson exposait son point de vue. Elle a été convoquée à une sorte de tribunal informel où trois supérieurs l’ont sermonnée avec condescendance pendant plus de 40 minutes sur l’importance de ne pas véhiculer de telles idées. L’un d’eux a comparé son geste au fait de faire jouer sans filtre un discours d’Adolf Hitler. Ce n’est que lorsque Mme Shepherd a diffusé l’enregistrement secret qu’elle avait fait de cette rencontre qu’elle a eu droit à des excuses.

Jordan Peterson est populaire. Il a enseigné à Harvard et se vante d’avoir conseillé le secrétaire général de l’ONU. Un peu plus de 800 000 personnes sont abonnées à son compte YouTube, sur lequel il diffuse des conférences sur des sujets aussi arides que « le concept de Dieu » (1,5 million de vues) et « le contexte historique et mythologique de la personnalité » (283 000 vues). De Patreon.com, un site de sociofinancement pour les créateurs, il touche 1200 $ par mois pour continuer à diffuser ses idées (son éditeur a refusé d’offrir une mise à jour de ce chiffre). Son dernier ouvrage, 12 Rules for Life: An Antidote to Chaos (Douze règles de vie comme antidote au chaos), figure au top 10 des ventes aux États-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada.

La clé du succès de Jordan Peterson, qui se définit comme un « combattant de la rectitude politique » ? Un gros bon sens conservateur aux accents religieux ancré dans un solide argumentaire documenté, érudit, mêlant à la fois la philosophie, la théologie, l’anthropologie, l’histoire et, bien sûr, la psychologie. Son livre se veut un condensé de sa vision.

Chacun des douze conseils de son essai est résumé par une formule accrocheuse telle que « Flatte les chats que tu croises sur la rue », « Règle tes bibittes avant d’essayer de changer le monde » ou encore « N’enquiquine pas les enfants qui font du skate ». « Tiens-toi le dos droit », pour sa part, se veut une ode à la force. M. Peterson expose que ce sont les gens qui ne s’affirment jamais qui finissent par être intimidés. « Si vous pouvez mordre, vous n’avez généralement pas à le faire. Mais lorsque cela est bien intégré, la capacité à répondre par l’agression et la violence fait diminuer plutôt qu’augmenter la probabilité qu’une agression ait effectivement lieu. »

Son chapitre sur la puériculture rappelle que le rôle d’un parent n’est pas de se faire aimer de son enfant, mais de rendre celui-ci aimable. Il a la responsabilité de décourager les mauvais comportements, quitte à recourir à une légère force (une pichenette sur la main, par exemple).

« Les bambins de deux ans sont, d’un point de vue statistique, les gens les plus violents, écrit-il. Ils donnent des coups de pied, ils frappent, ils mordent et ils volent la propriété d’autrui. […] Les bambins sont comme des aveugles qui cherchent des murs. Ils ont besoin de tester pour savoir où se trouve la limite. […] Jusqu’où puis-je frapper maman ? Jusqu’à ce qu’elle s’oppose. Alors aussi bien que l’opposition survienne tôt. »

L’oppression et les femmes

Jordan Peterson profite de son livre pour s’attaquer une fois de plus à la rectitude politique qu’il exècre et qu’il associe à une féminisation des campus. « Des disciplines universitaires entières sont carrément hostiles aux hommes, avance-t-il. Il s’agit des domaines d’étude qui sont dominés par cette idée postmoderne/néomarxiste selon laquelle la culture occidentale est une structure oppressive créée par les hommes blancs pour dominer et exclure les femmes — et autres groupes sélectionnés — et qui ne fonctionne bien qu’à cause de cette domination et de cette exclusion. »

M. Peterson ne mange pas de ce pain-là. C’est la compétence et non le pouvoir qui détermine la position sociale d’une personne, affirme-t-il. La source originelle de l’oppression des femmes est la nature (la grossesse et les menstruations qui vulnérabilisent) et non l’homme. Et l’identité sexuelle n’est pas une construction sociale, mais une réalité biologique que 98 % des gens acceptent très bien. Selon M. Peterson, la société occidentale n’est pas cette machine à broyer les exclus que dépeignent certains départements universitaires. Aussi prône-t-il qu’on cesse de les financer.

« Si des tenants de l’extrême droite recevaient des fonds publics pour une militance politique qui se fait passer pour des cours universitaires, comme le fait clairement la gauche radicale, les cris d’orfraie des progressistes de l’Amérique du Nord seraient assourdissants. […] Nous n’enseignons pas à nos enfants que la terre est plate. Nous ne devrions pas plus leur enseigner des théories idéologiques sans fondement à propos de la nature des hommes et des femmes ou de la nature de la hiérarchie. »

Sans surprise, son livre a été accueilli par des éloges et des insultes. Le Monde l’a dépeint comme le « nouveau héraut des masculinistes », le Globe and Mail s’est demandé « comment une personne aussi absurde peut-elle être prise au sérieux ? » tandis que le Guardian a parlé de lui comme d’un « des intellectuels publics les plus éclectiques et stimulants de l’époque ».

Chose certaine, il ne laisse personne indifférent. Une entrevue avec lui ? Il faudra attendre au printemps, nous dit son agent. Car d’ici là, il est complètement pris par une tournée qui le conduira aux États-Unis, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et en Australie.

7 commentaires
  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 14 février 2018 10 h 16

    La bigoterie

    Le puritanisme se porte bien dans l'univers anglophone, il porte de nouveaux vêtements, mais il se caractérise toujours par les mêmes aphorismes moraux. J'y préfère les traits culturels de mes compatriotes mis en évidence dans le documentaire L'empreinte de Carole Poliquin et Yvan Dubuc (voir http://lempreinte.quebec ),

  • Yves Mercure - Abonné 14 février 2018 11 h 03

    Question de genres?

    Entre deux genres et huit milliards de genres, il y a peut-être une petite place pour la nuance, non? Faut-il absolument crucifier 50% de la population de la planète pour avoir la paix? Même là, il y a un risque de désaccord sur la moitié à sacrifier pour la sérénité des survivants. Le délire post-moderne et ses constructions n'a d'égal que le délire de la droite cupide, évangéliste ou pas de part et d'autre...

  • Hermel Cyr - Abonné 14 février 2018 12 h 29

    Quelle droite, quelle gauche ?

    J’ai consulté sur YouTube les interventions de Peterson. Je suis en désaccord avec certaines de ses idées qui tanguent plus à droite. Mais sa défense de la liberté d’expression et sa position sur la bêtise postmoderne et la rectitude politique visent des enjeux fondamentaux qui forcent l’adhésion. Et en cette matière, il me semble plutôt à gauche qu’à droite.

    En effet. S’opposer à la rectitude politique, est-ce être de droite ?

    S’opposer à la disparition de la femme derrière son voile dans l’espace public, et plus encore dans l’espace du service civil, est-ce être de droite ?

    S’opposer aux « safe spaces » pour isoler des groupes sociaux du contact avec des idées qui risqueraient de leur déplaire, est-ce être de droite ?

    S’opposer à l’interdiction de conférences dans les universités par des associations étudiantes de sciences humaines sur des sujets « délicats » qui pourraient déplaire ou susciter le débat, est-ce un attitude de droite ?

    S’opposer à la novlangue qui protéger des exclus imaginés et imaginaires, est-ce être de droite ?

    S’opposer au néo-puritanisme qui associe le dragage et le flirtage à de l’agression sexuelle, est-ce être de droite ?

    Plus j’observe le débat public et les arguments de la bienpensance, qui se dit de gauche en plus; plus je lis leurs idées, plus je vois leurs combats; plus je pense que la véritable droite n’est plus là où elle résidait jadis. Elle a changé de côté. Elle est plus à tribord qu’à bâbord du boulevard idéologique. Il y a comme une inversion des pôles dans notre société. Et c’est à la limite inquiétant pour la suite des choses.

  • Michel Gélinas - Abonné 14 février 2018 16 h 50

    Essai à lire

    Merci Hélène Buzetti de m'avoir fait connaître cet auteur et sa défense de la liberté d'expression à l'université. Il est normal qu'on entende aussi la voix des hommes qui pensent par eux-mêmes sans carcan idéologique "mainstream"

  • Michèle Lévesque - Abonnée 14 février 2018 17 h 08

    La dose qui fait le poison

    Pour le peu que j'en connais, j'appuie ces principes (les idées, c'est autre chose) défendus par M. Peterson, soit : liberté de conscience et de parole, rigueur intellectuelle, droit et devoir de débattre dans le respect des faits et d'expertises diversifiées (et la civilité), résistance à la judiciarisation des comportements sociaux. Sur ce dernier point, le courage manque à plusieurs et pour cause!

    Le gouvernement régnant engage le pays dans ce troublant processus de judiciarisation des moeurs où il va trop vite et en abusant de raccourcis. L'adoption du PdL C-16 est un exemple de cette précipitation. La discrimination des genres doit être fermement combattue, comme toute discrimination gratuite, mais doit se garder d'occulter les questions éthiques afférentes en les soustrayant à l'examen de spécialistes financièrement indépendants (incluant les alternatifs et les dissidents) et du peuple.

    Ainsi, quiconque se déclare transgenre, même biologiquement mâle, peut désormais avoir accès à tout lieu 'de femmes', dont les prisons et les toilettes. Plus inquiétant encore est le cas des enfants déclarés transgenres par leurs parents et des comités d'experts et à qui des Md administrent des inhibiteurs d'hormones empêchant leur croissance pubertaire naturelle. La ‘guerre des toilettes’ au Primaire va de pair avec cette pratique dont on nous parle uniquement pour nous l'offrir en package et comme un fait, normal et accompli. 'Resistance is futile', mais surtout dangereuse car passible de poursuites. Et, dans un autre registre, que dire du voilage du corps de fillettes pour raisons supposément religieuses? A deux pas d'un p/mater familas nouveau genre?

    La dose faisant le poison (l'exemple du paratonnerre illustre bien la dérive), un antidote est désormais requis. Car ce qui est menacé, c'est la diversité post-moderne elle-même, désormais réduite à des apologies agressives qui vont jusqu'à museler par force de loi toute dissidence la concernant.