Marijuana: André Pratte change son fusil d’épaule

Ses collègues conservateurs et d’autres sénateurs indépendants, comme Marc Gold, prévenaient eux aussi cet automne qu’ils prendraient le temps nécessaire pour éplucher C-45 et qu’il faudrait peut-être plusieurs semaines, voire quelques mois.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Ses collègues conservateurs et d’autres sénateurs indépendants, comme Marc Gold, prévenaient eux aussi cet automne qu’ils prendraient le temps nécessaire pour éplucher C-45 et qu’il faudrait peut-être plusieurs semaines, voire quelques mois.

Après avoir laissé entendre que le Sénat ne se sentirait pas lié par l’échéancier fixé par Justin Trudeau pour légaliser la marijuana d’ici le 1er juillet, le sénateur André Pratte estime maintenant que la Chambre haute a amplement le temps de le faire d’ici cet été.

« Ceux qui s’opposent à l’adoption de C-45 dans cette Chambre aimeraient que les Canadiens croient qu’il est impossible de terminer l’étude méticuleuse du projet de loi d’ici la fin de juin. Je ne suis pas d’accord », a tranché le sénateur québécois mardi, en commentant le projet de loi sur la légalisation de la marijuana au Sénat.

Photo: Justin Tang La Presse canadienne André Pratte

L’automne dernier, le sénateur indépendant n’écartait pas la possibilité de déposer lui-même un amendement au projet de loi libéral pour que la légalisation soit retardée. André Pratte qualifiait la date butoir du premier ministre, qui souhaite légaliser le cannabis d’ici cet été, de « délai politique » et « artificiel », selon Radio-Canada.
 

Deux mois plus tard, il est d’avis qu’il « est maintenant clair que toutes les provinces seront prêtes ». Et l’étude du projet de loi légalisant l’aide à mourir l’an dernier, achevée en à peine deux mois et demi, est la preuve selon lui que le Sénat peut aujourd’hui étudier en deux fois plus de temps (cinq mois) une nouvelle proposition législative « qui transformera la société canadienne ».

« Les Canadiens s’attendent à ce qu’un Sénat efficace soit capable d’accomplir ce genre de travail », plaidait le sénateur Pratte dans un discours à la Chambre haute mardi.

Ses collègues conservateurs et d’autres sénateurs indépendants, comme Marc Gold, prévenaient eux aussi cet automne qu’ils prendraient le temps nécessaire pour éplucher C-45 et qu’il faudrait peut-être plusieurs semaines, voire quelques mois.

Les Canadiens s’attendent à ce qu’un Sénat efficace soit capable d’accomplir ce genre de travail


L’étude de la légalisation de la marijuana a débuté lentement à la Chambre haute. Le parrain du projet de loi au Sénat, Tony Dean, a lancé le bal, fin novembre. Le sénateur Pratte était le premier à reprendre la parole mardi, et le débat sur le sujet a été ajourné dès la fin de son discours.

Les sénateurs attendent les trois ministres responsables du dossier (Justice, Santé et Sécurité publique) en comité plénier dans leur Chambre dans deux semaines.