Ottawa verse 1,4 million pour étudier les impacts de la légalisation du cannabis

14 projets étudieront notamment les effets potentiels du cannabis sur la conduite automobile, la grossesse et la santé des enfants, la santé mentale des jeunes, les populations autochtones ainsi que la santé et la sécurité au travail.
Photo: Robert F. Bukaty La Presse canadienne 14 projets étudieront notamment les effets potentiels du cannabis sur la conduite automobile, la grossesse et la santé des enfants, la santé mentale des jeunes, les populations autochtones ainsi que la santé et la sécurité au travail.

Toronto — À six mois d’une probable légalisation de la marijuana à des fins récréatives au Canada, le gouvernement fédéral a annoncé mercredi un investissement de 1,4 million dans 14 projets de recherche sur les impacts de cette mesure.

Le député libéral Bill Blair, qui est en quelque sorte la « personne-ressource » dans ce dossier au sein du gouvernement, a indiqué mercredi que ces projets de recherche seront réalisés par l’entremise des Instituts de recherche en santé du Canada. M. Blair est secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice et de la ministre de la Santé.

Les 14 projets étudieront notamment les effets potentiels du cannabis sur la conduite automobile, la grossesse et la santé des enfants, la santé mentale des jeunes, les populations autochtones ainsi que la santé et la sécurité au travail.

À la suite d’un concours, les Instituts de recherche en santé du Canada ont approuvé le financement de 14 projets, ce qui représente un investissement d’environ 100 000 $ par projet. Ces 14 projets seront menés dans des hôpitaux et universités du pays, notamment à Sainte-Justine, à l’Institut universitaire de gériatrie et à l’Hôpital général juif, à Montréal, de même qu’à l’Université de Sherbrooke.

La docteure Patricia Conrod, du CHU Sainte-Justine, se penchera par exemple sur des mesures de prévention auprès des jeunes qui présentent un risque élevé de psychose.

Certains ont critiqué le gouvernement libéral de Justin Trudeau pour ne pas avoir mené ces études avant même de légaliser la marijuana. M. Blair soutient que des études existent déjà au Canada, mais qu’il est toujours difficile de mener des recherches à grande échelle sur la marijuana si la substance est illégale.

1 commentaire
  • Denis Miron - Inscrit 25 janvier 2018 07 h 24

    Et la recherche concernant l'argent en provenance des paradi fiscaux?

    Étrange… pas un mot dans Le Devoir sur l’afflux astronomique d’argent en provenance de paradis fiscaux pour financer les producteurs de pot. C’est pourtant le volet le plus inquiétant de ce projet de légalisation que ce gouvernement tente de faire passer à vitesse grand V… Qui sont ces copains de l’ombre qui doivent certainement faire pression sur Justin pour pour qu’il ne ralentisse pas la cadence? Me semble qu’il y a là un os beaucoup plus alèchant pour l’opposition que la paranoïa médicale d’un apocalypse anoncé. La Mafia Inc. aurait-elle enfin trouver un issue immorale mais légale pour blanchir son capital nauséabond, alors que ce gouvernement prétend vouloir éloigner la jeunesse qui présentement achète cette drogue auprès du crime très-très organisé.
    Que se passe-t-il présentement à l’Agence de Revenu du Canada, ne devrait-il pas y avoir de recherche, là aussi, sur la provenance de ces capitaux immoraux.
    L’oreille de Justin semble beaucoup plus attirée par le lobbying des multimillionnaires que par la classe moyenne dont il se veut le défenseur à coup de selfies. Notre système politique ressemblera de plus en plus à un simili-état de droit si rien n’est fait pour questionner la présence de capitaux en provenance de paradis fiscaux pour financer l’industrie du pot, déjà qu’il ne se passe pas grand-chose au plan juridique en ce qui concerne les Panama Papers