Jagmeet Singh, jamais sans son casque

Jagmeet Singh a déposé à deux reprises un projet de loi dispensant de casque à moto tout Sikh ayant «les cheveux, la barbe et les poils non coupés» et portant «habituellement un turban composé d'au moins cinq mètres carrés de tissu».
Photo: Adrian Wyld Archives La Presse canadienne Jagmeet Singh a déposé à deux reprises un projet de loi dispensant de casque à moto tout Sikh ayant «les cheveux, la barbe et les poils non coupés» et portant «habituellement un turban composé d'au moins cinq mètres carrés de tissu».

Il a beau militer pour l'exemption du port du casque à moto pour les sikhs portant le turban comme lui, Jagmeet Singh ne s'en prévaudrait pas pour autant s'il obtenait gain de cause. Le chef du NPD estime qu'il en va de sa sécurité.

«Il fait de la moto, et quand il fait de la moto, il enlève toujours son turban pour mettre son casque», explique au Devoir Sarah Andrews, la directrice adjointe des communications au NPD. «Pour lui, c'est une question de sécurité. Même si l'exemption existait, il porterait quand même le casque. C'est plus l'idée d'offrir le choix personnel [aux autres Sikhs de ne pas le porter], mais lui, personnellement, il va porter un casque.»

Le caucus néodémocrate devait se réunir cette semaine à Jonquière pour préparer la rentrée parlementaire. Le nouveau chef Jagmeet Singh devait en profiter pour pratiquer une activité toute québécoise : circuler dans les sous-bois en motoneige. Mme Andrews avait indiqué que Jagmeet Singh entendait pour l'occasion retirer son turban et enfiler un casque protecteur, d'ailleurs obligatoire au Québec. L'activité n'aura finalement pas lieu, le caucus ayant été annulé à cause de la tempête s'abattant sur le Québec.

Lorsqu'il était député à Queen's Park, Jagmeet Singh a déposé à deux reprises un projet de loi dispensant de casque à moto tout Sikh ayant «les cheveux, la barbe et les poils non coupés» et portant «habituellement un turban composé d'au moins cinq mètres carrés de tissu». Il n'a jamais été adopté, la première ministre Kathleen Wynne s'y opposant au nom de la sécurité. Une telle exemption existe en Colombie-Britannique et au Manitoba.

Casque et religion ne font pas toujours bon ménage en politique fédérale. En février dernier, le ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan, qui porte lui aussi le turban sikh, a visité sans casque le site de reconstruction du manège militaire, à Québec. La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST, anciennement la CSST) a contacté la responsable du chantier, l'entreprise Pomerleau, pour lui rappeler que le port du casque était obligatoire. La CNESST avait indiqué à La Presse que son intervention n'avait pas de conséquences juridiques directes.