Les voeux de Justin Trudeau pour le Canada en 2018

Justin Trudeau veut que tous les Canadiens «aient une chance réelle et égale de réussir».
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Justin Trudeau veut que tous les Canadiens «aient une chance réelle et égale de réussir».

Ottawa — Le premier ministre Justin Trudeau exhorte les Canadiens à mettre en pratique en 2018 les valeurs qui les unissent comme l’ouverture, la compassion, l’égalité et l’inclusion.

Dans sa déclaration du Nouvel An publiée dimanche, il a souligné que les célébrations du 150e anniversaire du pays avaient permis de se rappeler que « des millions de personnes, de tous les horizons et de toutes les origines, cultures et fois se sont réunies pour bâtir le Canada diversifié, ouvert et prospère que nous connaissons aujourd’hui. ».

Plus sombre, il a aussi dit que ces célébrations avaient donné aux Canadiens « l’occasion de réfléchir aux moments où le Canada n’a pas été à la hauteur de ses idéaux ».

M. Trudeau a rappelé que « les peuples autochtones, comme de nombreux Canadiens, ont subi des préjudices et de l’oppression au cours de (l’) Histoire ». Il a souhaité que les torts soient réparés au cours des prochaines années.

Selon lui, son gouvernement a réalisé de « véritables progrès » sur des questions comme la réconciliation avec les peuples autochtones et la création d’occasions pour les jeunes. Il estime toutefois « qu’il reste encore beaucoup de travail à faire » en 2018.

Il veut que tous les Canadiens « aient une chance réelle et égale de réussir ».

« Allons de l’avant ensemble, mettons ces valeurs en pratique et bâtissons un avenir meilleur pour tous », a-t-il dit.

5 commentaires
  • Solange Bolduc - Inscrite 1 janvier 2018 10 h 02

    Des excuses, M. Trudeau,

    pour la pendaison de Louis Riel, le métisse ?

    Réparer l'injustice c'est quand cela fait votre affaires, pour éviter les problèmes avec les autochtones dont vous craignez les représailles à l'ONU, ou ailleurs?

    Quelle hypocrisie !

  • Jean-Charles Morin - Abonné 1 janvier 2018 10 h 20

    Les voeux implicites du premier ministre Justin Trudeau.

    En cette nouvelle anne, Justin Trudeau souhaite que tous les Canadiens « aient une chance réelle et égale de réussir ». Qu'est-ce que cela veut dire?

    Justin oublie de mentionner que pour que ces belles paroles deviennent réalité, il faudrait que tout le monde parle la même langue: l'anglais. Ce serait tellement plus pratique pour que l'égalité des chances à travers le pays devienne réalité. Dans le Canada en devenir, la langue française apparaît de plus en plus comme un handicap à la réussite. Pour s'en convaincre,on n'a qu'à voir de quelle manière la plupart des gens qui se disent francophones se soucient de la parler et de l'écrire.

    Cent cinquante ans après le pacte fédéral, neuf provinces sur dix et les trois territoires ont déjà atteint ce noble objectif dans les faits. Notre Justin national et sa ministre de la culture canadienne Mélanie Joly travaillent d'arrache-pied sans le dire trop fort pour que la dixième, qui traîne un peu de la patte dans ce domaine, rentre bientôt dans le rang.

    Dans quelques années, quand les francophones auront disparus de l'espace canadien, il se trouvera bien un autre Justin Trudeau ou Mélanie Joly pour déplorer, en anglais seulement, les torts et les préjudices dont ces derniers ont été victimes depuis 1867 et faire des excuses qui ne voudront plus rien dire.

    Comme notre "très tendance" premier ministre, il faut souhaiter que tous les canadiens se bâtissent un avenir meilleur... en anglais, très bientôt la langue commune de tous les Canadiens.

  • Yvon Bureau - Abonné 1 janvier 2018 12 h 17

    Un cadeau plein de compassion svp

    «Il estime toutefois « qu’il reste encore beaucoup de travail à faire » en 2018.»

    En février 2015, la Cour suprême nous a fait tout un cadeau : un Jugement unanime sur l'aide médicale à mourir; reste à le déballer totalement pour incorporer les grands souffrants rendus à la fin de leur vie. Nous savons que l'exclusion vous déplait.

    Comment ne pas espérer de votre part en ce début de 2018 ? Demandez demain à la CSC son avis sur la Loi C-14/AMM. Ainsi les jours ensoleillés reviendront sur la clarté juridique et clinique si nécessaire et si espérée.
    Loin du flou juridique, proche de toutes les personnes canadiennes en fin et à la fin de leur vie, en compassion et en solidarité. Année 2018 sera meilleure!

  • Marc Therrien - Abonné 1 janvier 2018 14 h 32

    Et le plan d'action pour 2018?


    « Plus sombre, il a aussi dit que ces célébrations avaient donné aux Canadiens « l’occasion de réfléchir aux moments où le Canada n’a pas été à la hauteur de ses idéaux ».

    Ne pas être à la hauteur de ses idéaux, voilà bien la misère de l’humain partagée à plusieurs quand on peut faire arriver ce qu’on ne désire pas et qu’on est impuissant à faire advenir tout ce bien qu’on chérit. C’est que parfois quand cet idéal est placé trop haut dans le ciel des idées, il ne réussit pas à s’arrimer aux expériences concrètes des personnes qui avancent dans l’histoire, les deux pieds sur terre en voyant le monde à hauteur de leurs yeux, se colletant à bras-le-corps avec le réel.

    Ainsi, l’idéal de sainteté et de sagesse dans la contemplation de grandes valeurs contribue davantage à détruire qu’à soigner l’être personnel et social quand il dénie l’imperfection de l’humanité et la dévalorise au point d’en faire une tare dont on a honte.

    Pour le reste, en pensant à Antoine de Saint-Exupéry qui prétendait qu’un «rêve sans plan n’est qu’un souhait», il reste à voir comment Justin Trudeau s'engagera lui-même dans son propos et quel plan d’action il proposera pour «que tous les Canadiens aient une chance réelle et égale de réussir». En fait, réussir quoi, au juste?

    Marc Therrien

  • Cyril Dionne - Abonné 1 janvier 2018 19 h 53

    Il est né le messie… (« not »)

    L’histoire, la vraie, n’a pas de passage obligé dans la série fictive « The Story of Us ». Alors, comment notre petit Justin dit de « Bieber » peut comprendre le choc des civilisations lorsque l’empire britannique s’est emparé de l’Amérique du Nord et a relégué, infantilisé et détruit la culture des peuples autochtones? C’est le même gouvernement qui est en place. N’en déplaise à notre « prime minister » aux larmes faciles, on ne peut pas réécrire l’histoire, mais plutôt assumer son présent et son avenir. Justin devrait plutôt continuer de vivre dans sa bulle de multimillionnaire en frayant avec les multimilliardaires de ce monde, paradis fiscaux inclus. Les « selfies » riment avec le « Jet Set ».

    Pour les chrétiens, le messie est né le 25 décembre tout comme notre « selfie » en chair. Désolé, mais la plupart des gens sensés ne croient pas au petit Jésus tout comme en ses amis imaginaires. Comme le disait si bien Carl Sagan : « Si vous voulez faire une tarte aux pommes à partir de rien, il vous faudra d’abord créer l’univers ». Il ajoutait qu’il « n’aimait pas l'idée de la Terre comme marchepied de dieu ». Nous sommes bien en 2018.

    On ne pense pas que notre petit prince pourra répondre à une nature potentiellement agressive et destructrice, changements climatiques obligent, lui qui ne comprend même pas un mot de la langue des dauphins alors qu’eux en connaissent plus de cinquante de la sienne.

    C’est « ben » pour dire.