Richard Wagner nommé juge en chef de la Cour suprême

Le juge en chef Richard Wagner
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le juge en chef Richard Wagner

Le plus haut tribunal au pays sera dirigé par un juge du Québec. À la grande satisfaction du gouvernement québécois, le premier ministre Justin Trudeau a arrêté son choix sur Richard Wagner pour le poste de juge en chef de la Cour suprême du Canada.
 

La ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, s’est réjouie mardi de ce choix, vantant la « collégialité » et l’expérience du juge âgé de 60 ans, qui pourrait être aux commandes de la Cour suprême pour une quinzaine d’années.
 

Elle n’a pas voulu spécifier à quel point l’enjeu de l’alternance entre un juge issu de la common law et un juge issu du droit civil avait penché dans la balance. Elle a simplement dit que c’était « certainement quelque chose que le premier ministre (avait) pris en considération ».
 

À ses côtés, le député Marc Miller ne s’est pas non plus étendu sur la question de la « soi-disant alternance » et argué que Justin Trudeau avait opté pour la « tradition d’excellence » en misant sur le magistrat québécois, à qui le premier ministre a appris la nouvelle lundi soir au téléphone.
 

Il a refusé de dire si des pressions avaient été exercées par la députation québécoise au caucus. Plusieurs députés du Québec, dont M. Miller, avaient fait valoir la semaine passée que l’alternance n’était pas contraignante, et qu’auparavant, c’était l’ancienneté qui primait.


En revanche, deux ministres québécois, François-Philippe Champagne et Mélanie Joly, disaient souhaiter que leur chef désigne l’un des trois magistrats du Québec. D’autres députés étaient dans le même camp, dont Denis Paradis, qui s’est réjoui mardi du choix de Justin Trudeau.


Québec ravi

La nomination de Richard Wagner a très vite été saluée par le gouvernement du Québec qui avait, tout comme le Barreau du Québec, exhorté le premier ministre canadien à nommer l’un des trois magistrats de la province.
 

« Comme vous savez, le droit civil, c’est une des façons par laquelle le Québec se distingue au Canada, donc on accueille favorablement cette nomination-là, bien sûr », a réagi le premier ministre Philippe Couillard depuis Toronto.
 

Sa ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a abondé dans le même sens. « Nous ne pouvons que saluer cette excellente nomination et être reconnaissants d’avoir été entendus dans nos demandes », a-t-elle indiqué dans une déclaration écrite transmise par son bureau.
 

Félicitations de McLachlin

Par ailleurs, celle dont le départ à la retraite a offert l’occasion à Justin Trudeau de devenir le premier premier ministre depuis Jean Chrétien à nommer un juge en chef a salué la sélection de ce « brillant juriste » d’une « grande intégrité ».
 

« Je félicite le juge Wagner pour sa nomination à ce poste important, à la fois exigeant et stimulant. Je suis convaincue qu’il dirigera la Cour avec sagesse et compétence », a déclaré le juge en chef sortant Beverley McLachlin dans un communiqué transmis par la Cour.
 

La magistrate britanno-colombienne accrochera sa toge vendredi prochain, après avoir passé près de 18 ans aux commandes du plus haut tribunal au pays — un record que ne pourra fracasser son successeur, l’âge de la retraite obligatoire étant fixé à 75 ans.


Le juge Richard Wagner reprendra officiellement le flambeau vendredi. Il sera assermenté lundi prochain par la gouverneure générale Julie Payette lors d’une cérémonie qui se tiendra à Rideau Hall.
 

La ministre Wilson-Raybould s’est dite convaincue que le magistrat nommé par Stephen Harper saurait conduire aussi habilement les destinées de la Cour suprême que sa prédécesseure, qui laisse cependant « de grosses chaussures à remplir ».
 

Né à Montréal le 2 avril 1957, Richard Wagner a fait ses études de droit à l’Université d’Ottawa. Avant d’accéder au banc du plus haut tribunal au pays, en octobre 2012, il avait été juge à la Cour supérieure du Québec et à la Cour d’appel du Québec.

Les derniers juges en chef de la Cour suprême

  • Beverley McLachlin, 2000-2017, Colombie-Britannique
  • Antonio Lamer, 1997-2000, Québec
  • Robert George Brian Dickson, 1984-1990, Manitoba
  • Bora Laskin, 1973-1984, Ontario
  • Joseph Honoré Gérald Fauteux, 1970-1973, Québec
  • John Robert Cartwright, 1967-1970, Ontario
  • Robert Taschereau, 1963-1967, Québec
  • Patrick Kerwin, 1954-1963, Ontario
  • Thibaudeau Rinfret, 1944-1954, Québec
Source: Cour suprême du Canada

3 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 12 décembre 2017 13 h 41

    GRATITUDE à la Juge en chef sortante

    Très Honorable Beverley McLachlin, recevez toute mon admiration et spécialement ma gratitude pour le Jugement unanimle de l'Arrêt Carter/Aide médiacle à mourir/février 2015. Ce jugement fut d'une grande sagesse, d'une humanité et d'une belle audace.

    Et votre successeur a voté pour cet éclairant et apaisant et même historique Jugement. Rassurant.

  • Denis Paquette - Abonné 13 décembre 2017 00 h 53

    et oui quelle affaire que la probité

    N'était-il pas juge lors des événements d'octobre , enfin espérons que le prestige de l'emploie l'aura un peu changer, juge en chef de la Court Suprême ce n'est pas rien, toujours je me méfierai de ce juge, dommage que l'on ne puisse pas utiliser les détecteurs de mensonges pour évaluer les juges, enfin peut être faut-il des gens pour trancher , seuls nos héritiers sauront un jour sa probité

    • François St-Pierre - Abonné 13 décembre 2017 12 h 56

      Les événements d'octobre, c'était en 1970. M. le juge Wagner, aujourd'hui âgé de 60 ans, avait donc 13 ans à l'époque. Je pourrais me tromper, mais il semble peu probable qu'il ait été juge à l'époque.