Nouveau pont Champlain: Ottawa préoccupé par les accidents de travail

Les travaux du nouveau pont Champlain qui relie le centre-ville de Montréal à sa rive sud ont commencé en mai 2015 et doivent normalement prendre fin en décembre 2018.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les travaux du nouveau pont Champlain qui relie le centre-ville de Montréal à sa rive sud ont commencé en mai 2015 et doivent normalement prendre fin en décembre 2018.

Alerté par des incidents de travail survenus dans les dernières semaines sur le chantier du nouveau pont Champlain, le ministre fédéral de l’Infrastructure, Amarjeet Sohi, rencontrera le principal syndicat présent sur les lieux, en début de semaine prochaine.

« À la lumière des nouveaux articles de cette semaine, on aimerait parler avec le syndicat […] pour entendre sa perspective et son analyse de la situation. La sécurité des travailleurs nous tient à coeur », précise-t-on au ministère pour justifier la rencontre.

Mardi après-midi, le ministre Sohi a convoqué une réunion téléphonique d’urgence avec le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), qui représente la grande majorité des travailleurs présents sur le chantier. Le syndicat venait justement d’envoyer mardi midi une lettre au ministre pour l’interpeller sur la sécurité de ses membres.

« On salue l’initiative du gouvernement », s’est réjoui le président du syndicat, Michel Trépanier, qui espère que des solutions constructives ressortiront de cette rencontre. Il compte aborder « trois différents enjeux : l’avancée des travaux, la qualité des travaux et la santé et sécurité des travailleurs ».

Sur le chantier, certains ont évité le pire alors que plusieurs « incidents malheureux » ont eu lieu. Il y a deux semaines, une grue a basculé avant de s’accoter sur un échafaudage, lors d’une opération de levage d’une pièce dont la charge avait été sous-évaluée, raconte M. Trépanier.

« C’est un signal qu’on doit prendre au sérieux, dit-il d’un ton grave. Pour le moment, on est soulagé qu’il n’y ait pas encore eu d’accident avec des blessés graves. »

Un échéancier à revoir

De l’avis de M. Trépanier, l’échéancier du gouvernement sera difficilement respecté. « On a un gros doute présentement, car sur le chantier on parle de deux mois de retard, explique le syndicaliste. Ça nous préoccupe, surtout avec toutes les réparations qui ont dû être faites. »

Les travaux du nouveau pont Champlain qui relie le centre-ville de Montréal à sa rive sud ont commencé en mai 2015 et doivent normalement prendre fin en décembre 2018.

« On veut s’assurer de pouvoir livrer le pont, mais dans des délais raisonnables et dans de bonnes conditions de santé et de sécurité », fait valoir M. Trépanier.

3 commentaires
  • Colette Pagé - Abonnée 5 décembre 2017 17 h 46

    Prendre les Québécois pour des canards sauvages.

    Importer d'Espagne des pièces maîtresses du pont avec autant de déficiences comme si le Québec était incapable de fournir ce matériel.

    Puis affirmer de surcroît qu'une fois les failles réparées le pont sera aussi solide et sécuritaire qu'avec du matériel exempt de défaut c'est un leurre et une tromperie.

  • Denis Paquette - Abonné 6 décembre 2017 01 h 26

    quel pays sans allures

    est-ce qu'il existe des inspecteurs sur ce chantier, sommes encore en train de construire un pont qui ne sera pas mieux que le premier, le fédéral est-il incapable de réaliser des travaux d'envergures, peut être devrions nous refuser des maintenant cet ouvrage, de toutes les facons ne sont-ils pas nos sous qui y sont investis

    • Brigitte Garneau - Abonnée 6 décembre 2017 14 h 04

      JUSTEMENT CE SONT NOS SOUS! Il est donc tout à fait normal de les gaspiller...on a vraiment l'impression qu'il n'y a personne de responsable dans ce dossier! Il est de NOTRE RESPOSABILITÉ d'élire des gens compétants, il faut croire que là n'est pas notre priorité. Et pendant ce temps, on continue à payer...encore et encore. MISÈRE!!