Vic Toews peut rester juge, selon le Conseil de la magistrature

Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Vic Toews

Ottawa — Le juge Vic Toews peut dormir en paix. Le Conseil canadien de la magistrature a tranché que ses agissements après son passage en politique — pour lesquels il a essuyé les remontrances de la commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique — ne nuisent pas à son intégrité de magistrat. « Après avoir examiné pleinement toute l’information pertinente, le juge en chef [Christopher] Hinkson a conclu qu’il n’y a aucune information […] révélant une conduite incompatible avec l’exercice des fonctions d’un juge », indique le communiqué de presse du Conseil. Le dossier, ouvert après réception de deux plaintes, est donc définitivement clos. M. Toews a été ministre dans le gouvernement Harper. Après sa retraite politique en juillet 2013, il a été consultant, notamment dans des dossiers qu’il avait eus à arbitrer en tant que ministre. La commissaire a conclu en avril qu’il s’était rendu coupable de « changement de camp », ce qui est interdit par la Loi sur les conflits d’intérêts. M. Toews a été nommé juge au Manitoba par le gouvernement conservateur en mars 2014.