Couteaux dans les avions: les conservateurs soutiennent Québec

Transports Canada a annoncé qu’à compter de lundi prochain, il sera possible de franchir le contrôle de sécurité et monter à bord d’un aéronef avec une lame pour peu qu’elle mesure six centimètres ou moins.
Photo: Getty Images Transports Canada a annoncé qu’à compter de lundi prochain, il sera possible de franchir le contrôle de sécurité et monter à bord d’un aéronef avec une lame pour peu qu’elle mesure six centimètres ou moins.

C’est au tour des députés conservateurs à Ottawa de dénoncer la décision de Transports Canada d’autoriser les petites lames à bord des avions. Ils emboîtent ainsi le pas au Bloc québécois qui, se faisant le relais de Québec, demande au gouvernement de Justin Trudeau de reculer.

Le député de Charlesbourg–Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus, n’est « pas du tout » à l’aise avec la décision d’Ottawa.

« Pourquoi permettre des lames de six centimètres dans nos bagages à main ? Il n’y a aucune raison. Toute lame devrait être gardée dans les bagages de soute comme cela se fait depuis 2001. »

Transports Canada a annoncé qu’à compter de lundi prochain, il sera possible de monter à bord d’un aéronef avec une lame pour peu qu’elle mesure six centimètres ou moins. Cela peut inclure les kirpans sikhs. Les couteaux à lames rétractables (X-Acto) sont toujours interdits, quelle que soit leur longueur, tout comme les lames de rasoir.

Le Canada emboîte ainsi le pas à de très nombreux pays dans le monde, notamment la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Russie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la plupart des pays africains.

Les États-Unis avaient décidé d’accepter ces lames en 2013, mais la nouvelle politique a été suspendue quelques jours avant son entrée en vigueur.

Selon M. Paul-Hus, le Canada devrait s’arrimer sur les États-Unis plutôt que sur l’Europe. Y voit-il, comme le Bloc québécois, une décision motivée par le désir de plaire à la communauté sikhe ? « Le gouvernement n’est pas transparent là-dessus. Il y a probablement un accommodement pour les sikhs

« Improvisation »

Son collègue Joël Godin estime que la sécurité doit être le seul guide en la matière. Or, malgré les prétentions du gouvernement qui affirme se baser sur des faits pour modifier le règlement, M. Godin estime qu’il y a « improvisation ».

« Ils ont jugé que c’était sécuritaire, mais aux États-Unis, ils ont jugé que ce ne l’était pas. Ça m’allume une lumière. Pourquoi ce serait plus dangereux aux États-Unis ? C’est la même longueur de lame. » Il refuse d’établir un lien avec les sikhs. « Il faut s’élever au-dessus de cela. »

Le député de Beauport–Limoilou, Alupa Clarke, s’inquiète lui aussi. « Je ne vois pas pourquoi on accepterait des couteaux. Il y a toutes sortes de produits moins dangereux qu’on n’accepte pas. […] Il m’est arrivé à deux reprises qu’on jette ma crème à raser. Je ne comprends pas cette incohérence. »

À la Chambre des communes jeudi, le Bloc québécois est revenu à la charge. « Selon LCN, le cabinet du ministre des Transports a rencontré des représentants de la communauté sikhe récemment, a lancé Luc Thériault. Comme par hasard, ils ont parlé du kirpan dans les avions. Comme par hasard, l’Organisation mondiale des sikhs a applaudi à la décision du ministre et de Transports Canada. Le ministre des Transports pense-t-il vraiment que de permettre des petits couteaux dans les avions améliore la sécurité dans les avions ? »

Le ministre Marc Garneau a répondu que sa décision était basée sur des évaluations de risques. « Ça n’a rien à faire avec les intérêts d’un groupe particulier. »

3 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 24 novembre 2017 11 h 05

    Comment les trois membres du cabinet Trudeau, ainsi que le chef du NDP feraient pour embarquer à bords des avions, sans la nouvelle réglementation...?

    Il serait bon de savoir, comment ils ont fait jusqu’à maintenant pour monter dans les avions puisqu’ils portent tous le kirpan...

    L’ont-ils fait illégalement?

  • Michel Thériault - Abonné 24 novembre 2017 15 h 27

    6 cm.

    6 cm. c'est largement suffisant pour égorger une personne en une seconde. C'était interdit, on vivait avec. Pourquoi, sans la moindre raison rationnelle, les libéraux arrivent-ils avec cela?

    S'il n'y a pas de raison rationnelle, il y a forcement une raison irrationnelle comme les accomoements religieux. Les croyances religieuses n'ont rien à voir avec la rationalité mais, tout à voir avec les croyances médiévales.

    Certains refusent de se raser. d'autres, de se couper les cheveux. d'autres encore refuses de bouffer certains aliments ou se sentent nus et démunis sans leur arme blanche à la ceinture. J'avais un ami comme cela il y a longtemps qui, se sentait nu et vulnérable sans sa patte de lapin pendu à la ganse de sa culotte. D'autres, cachaient leurs fantasmes biologiques sous des soutanes à 200 boutons.

    La pauvreté est dramatique mais, la pauvreté d'esprit est pire.

  • Benoit Samson - Inscrit 26 novembre 2017 15 h 12

    L'irrésistible tentation

    Pour le bloc, poussé pas ses pulsions identitaires, et les conservateurs aux oreilles desquels chuchote maintenant leur nouveau directeur de campagne Hamish Marshall, déjà surnommé le ‘’Steve Bannon’‘ Canadien, la tentation de se servir de l’histoire du kirpan pour casser du sucre sur le dos d’une minorité vulnérable était trop forte pour y résister.

    Logiquement, de tous les passagers d’un avion, celui qui est assez religieux pour vouloir porter des signes aussi spéciaux me semble celui le moins susceptible du groupe à vouloir du mal à une autre personne de son entourage à cause de sa ferveur religieuse.

    Les politiciens populistes de l’heure savent que 68% des canadiens voient de façon défavorable ce qui est décrit comme des accommodements déraisonnables pour des gens qui pratiquent une religion qui leur est méconnue. Certains politiciens ne peuvent résister à la tentation de mousser la PEUR maladive de l’autre et la présomption d’intentions maléfiques de la part de ceux qui pratiquent une religion avec une ferveur telle qu’ils se parent d’objets ou vêtements qui peuvent nous sembler ridicules.

    Le danger du kirpan vient plus des réactions irrationnelles à sa vue de la part de certains d’entre nous que du kirpan lui-même et du sans gêne de certains politiciens à ne pas hésiter à s’en servir pour mousser la haine et la peur de ceux qui les écoutent malgré l'absurdité sous-jacente à leur argument.